Roger, Maurice, Gaston Kaouza

1911 - 1986

Informations générales
  • Né le 2 avril 1911 à Brimont (Marne - France)
  • Décédé le 28 septembre 1986 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Soudan-Niger
Groupe
Résistance démocratique et socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 2 avril 1911 à Brimont (Marne)

Décédé le 28 septembre 1986 à Paris

Membre de la première Assemblée nationale constituante (Soudan-Niger)

Maurice Kaouza est né le 2 avril 1911 à Brimont (Marne). Son père, commerçant, mourut l'année suivant sa naissance. Elève des écoles normales de Caen puis d'Evreux, il devient inspecteur de l'enseignement primaire, puis directeur d'école primaire supérieure à Dakar (1938-1939).

Dès le mois de juin 1940, il prend contact avec Londres alors qu'il se trouve à Dakar. Arrêté en septembre 1940, il est transféré en France et condamné à deux ans de prison pour faits de résistance. Evadé, il rejoint, à Londres, les forces de la France libre. Nommé sous-préfet de Sartène en 1943, il est mis à la disposition du préfet de la Corse lors du débarquement des troupes alliées dans l'île. En septembre 1944, après le débarquement de Normandie, il est nommé sous-préfet d'Avranches. Le mois suivant, il est préfet de police adjoint à Paris, chargé du contrôle des Forces françaises de l'Intérieur.

Il est délégué de l'AOF à l'Assemblée consultative provisoire en novembre 1944. Il siège aux Commissions de la France d'outre-mer, de l'intérieur et de la santé publique, de coordination des affaires musulmanes, ainsi qu'à la Commission d'enquête sur les fournitures du papier de presse.

Le 21 octobre 1945, il est élu député du Soudan-Niger à la première Assemblée nationale constituante sous l'étiquette de la « Résistance démocratique et socialiste ». Il siège à la Commission de l'intérieur, de l'Algérie et de l'administration générale, départementale et communale. Il prend part à la discussion d'une proposition de loi de M. Jacques Bardoux relative à l'élection de la Chambre des députés, à propos des territoires d'outre-mer et d'une proposition de loi de M. Lamine-Gueye tendant à fixer le régime électoral et la compétence des assemblées locales des territoires d'outre-mer.

Entre 1945 et 1953, Maurice Kaouza est conseiller municipal de Paris et conseiller général de la Seine. De 1953 à 1958, il est conseiller de l'Union française au titre du groupe républicain social de l'Assemblée nationale.

En 1959, il réintègre le corps préfectoral, en qualité de préfet mis à la disposition du ministre de l'intérieur. Mis en disponibilité en 1970, il prend sa retraite l'année suivante. Il avait exercé de nombreuses missions en Allemagne, au Liban et en URSS.

Maurice Kaouza est décédé à Paris le 28 septembre 1986. Officier de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération, il était titulaire de la médaille de la Résistance avec rosette et de la Croix de guerre avec palmes. Il avait assumé les fonctions de vice-président de l'Association nationale des médaillés de la Résistance.

Il était marié et père d'une fille.



Retour haut de page