Gustave, Yves, Marie, Ange de Kerguézec

1868 - 1955

Informations générales
  • Né le 18 mai 1868 à Tréguier (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 27 décembre 1955 à Tréguier (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Républicain socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Républicain socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 1er janvier 1921
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Républicain socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 9 janvier 1921 au 9 janvier 1939

Biographies

Né le 18 mai 1868 à Tréguier (Côtes-du-Nord).

Député des Côtes-du-Nord de 1906 à 1920.

Sénateur des Côtes-du-Nord de 1921 à 1939.

Propriétaire terrien et publiciste, le comte de Kerguézec se signala rapidement par ses opinions avancées. Elu en 1881 conseiller général de Tréguier, il attacha son nom à l'érection de la statue de Renan sur la place de la Cathédrale.

Le 6 mai 1906, les électeurs républicains de Tréguier l'envoyèrent siéger au Palais Bourbon, par 6.736 voix contre 5.741 à de Roscoat, député sortant conservateur. Il se signale dès le 14 décembre 1906 par une intervention relative aux droits de chancellerie qui souleva quelques remous sur les bancs de la droite. Il proposa la suppression totale des titres de noblesse.

De 1906 à 1914 il intervint à diverses reprises sur les questions maritimes, agricoles et rurales, obtenant en 1911 un prélèvement progressif sur le produit des jeux dans les casinos au profit des chemins ruraux.

Mobilisé au 78e régiment territorial d'infanterie il reprit, dès 1916, sa place au Palais Bourbon et devint rapporteur du budget de la marine, demanda à interpeller le gouvernement sur les fautes commises dans l'organisation et la conduite de la guerre sur mer (à la suite du torpillage du Kléber par un sous-marin) et en 1918 sur la démobilisation de l'armée de mer. En 1919, à la suite des incidents d'Odessa, il développa une interpellation sévère sur la politique diplomatique, militaire et navale en Orient, dénonçant les mauvaises conditions dans lesquelles les forces maritimes françaises y étaient maintenues et les difficultés auxquelles donnait lieu la démobilisation de l'armée d'Orient.

Elu au Sénat en 1921 et réélu en 1930, il s'y consacra exclusivement à la défense de la marine de guerre, demandant en 1921 qu'une flotte plus importante assure la défense des côtes avec la participation de nombreux sous-marins et, en 1923, que les arsenaux soient réorganisés.

Porté par ses collègues à la présidence de la commission de la marine en 1926, il prononça en 1930 un important discours sur l'organisation et l'emploi de la marine de guerre.

Il ne se représenta pas aux élections de 1939.



Né le 18 mai 1868 à Tréguier (Côtes-du-Nord)

Décédé le 27 décembre 1955 à Tréguier (Côtes-du-Nord)

Député des Côtes du Nord de 1906 à 1920

Sénateur des Côtes-du-Nord de 1921 à 1939

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 2050)

Retiré à Tréguier, Gustave de Kerguezec y décède le 27 décembre 1955, à l'âge de 87 ans.