Emile-Louis Lambert

1905 - 1982

Informations générales
  • Né le 7 juillet 1905 à Moutoux (Jura - France)
  • Décédé le 28 janvier 1982 à Dijon (Côte-d'Or - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Doubs
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Doubs
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 7 juillet 1905 à Moutoux (Jura)
Décédé le 28 janvier 1982 à Dijon (Côte d'Or)

Membre de la seconde Assemblée nationale constituante (Doubs)
Député du Doubs de 1946 à 1951

Emile-Louis Lambert est né le 7 juillet 1905 à Moutoux (Jura). Issu d'une famille d'agriculteurs, il poursuit des études agricoles et juridiques, avant d'intégrer les rangs de la toute récente Mutualité sociale agricole, dont il devient le directeur départemental pour le Doubs.

Viscéralement hostile à l'idéologie nationale-socialiste, Emile-Louis Lambert choisit, dès les premières heures de l'occupation, de rejoindre les rangs de la Résistance ; son action lui vaut d'être arrêté, puis déporté. A son retour en France, Emile-Louis Lambert fonde et préside l'Union nationale des déportés, internés et familles de disparus, qu'il anime avec le bâtonnier Paul Arrighi, le révérend père Riquet et Irène de Lipkowski.

Emile-Louis Lambert se présente à la tête de la liste du MRP dans le Doubs lors des élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale Constituante. La liste recueille 32449 voix sur 141063 suffrages exprimés ; bénéficiant de la répartition des restes à la plus forte moyenne, Emile-Louis Lambert emporte l'un des quatre sièges à pourvoir.

Emile-Louis Lambert est nommé membre de la Commission de la famille, de la population et de la santé publique, et de la Commission des pensions civiles et militaires et des victimes de guerre et de la répression ; il est en outre nommé juré à la Haute cour de justice. Le député du Doubs rédige plusieurs rapports au nom de la Commission des pensions, consacrés pour la plupart à une refonte de la législation sur les emplois réservés aux victimes de guerre, anciens combattants pensionnés et militaires de carrière ; il y plaide en particulier pour le rétablissement, sous réserve de certaines adaptations, du dispositif législatif et réglementaire établi en la matière au lendemain de la première guerre mondiale.

Emile-Louis Lambert approuve le nouveau projet de Constitution voté par l'Assemblée nationale le 28 septembre 1946 et ratifié par référendum le 13 octobre. Il sollicite le renouvellement de son mandat lors des élections législatives du 10 novembre. Le MRP maintient ses positions, dans un contexte électoral marqué par un léger recul de la participation (29 188 voix sur 135 953 suffrages exprimés) ; Emile-Louis Lambert, qui conduit la liste, est ainsi réélu.

Il retrouve la Commission des pensions, et siège à la Commission de la défense nationale ; cette dernière le désigne d'ailleurs pour faire partie de la sous commission chargée de suivre et de contrôler de façon permanente l'emploi des crédits affectés à la défense nationale. Emile-Louis Lambert est en outre nommé de nouveau juré à la Haute cour de justice.

Parlementaire très actif, Emile-Louis Lambert rédige, au cours de la législature, plusieurs dizaines de rapports, et intervient à de nombreuses reprises à la tribune de l'Assemblée. Il est l'un des députés les plus impliqués dans la discussion des textes de loi visant à établir le statut définitif des déportés et internés de la Résistance ; « sans sous-estimer, même si peu que ce soit, tout l'intérêt que présente le cas des malheureuses victimes éprouvées d'une manière quelconque par la barbarie nazie, il est, toujours, incontestable que, dans la hiérarchie des urgences, les martyrs de la Résistance doivent occuper la première place », souligne-t-il dans un rapport déposé le 5 février 1948. Emile-Louis Lambert propose une clarification des statuts : le titre de déporté résistant serait acquis à toute personne ayant été transférée, en raisons d'actes de résistance à l'ennemi, dans un camp de concentration allemand, dans des territoires sous contrôle des puissances de l'Axe, ou dans certains camps d'Alsace et de Lorraine ; le titre d'interné résistant, à toute personne ayant subi une détention minimum de trois mois, pour actes de résistance à l'ennemi, « sous réserve qu'aucune action contraire à l'esprit de la résistance ne puisse leur être imputé, soit avant, soit après l'arrestation ». Aux déportés résistants et internés résistants, mais aussi, sous certaines réserves, aux prisonniers de guerre et aux travailleurs du service du travail obligatoire, Emile-Louis Lambert propose, dans un rapport déposé le 11 mars 1948, de réserver une série d'avantages sociaux et financiers (versement d'un « pécule », aux victimes ou à leurs ayant-droit s'ils sont décédés, attribution d'une « médaille de la déportation et de l'internement »,...).

Le député du Doubs intervient en outre à deux reprises à la tribune de l'Assemblée, les 10 février et 29 mars 1949, pour déplorer 1« hostilité de l'administration à l'égard des revendications essentielles formulées par les déportés et les internés de la Résistance, et pour presser le gouvernement de mettre en place un plan de financement destiné à » compenser les pertes de toute nature subies par les déportés et internés de la Résistance, et à indemniser le travail effectué par ceux-ci pour le compte des particuliers et des institutions publiques et privées de l'Etat allemand « .

Attentif à ce que les jeunes générations n'ignorent pas les horreurs de la guerre et de la déportation, Emile-Louis Lambert dépose aussi, le 14 décembre 1949, un rapport sur une proposition de résolution déposée par son collègue du Doubs, le député Jean Minjoz, visant à sauvegarder les vestiges des camps de concentration nazis, « afin d'honorer leurs martyrs et de flétrir la barbarie hitlérienne ».

Emile-Louis Lambert épouse, à l'occasion des grands votes de la législature, les positions de son groupe parlementaire : il accorde sa confiance aux cabinet Blum (17 décembre 1946) et Ramadier (4 mai 1947) ; il vote pour le texte présenté par le gouvernement relatif aux écoles privées des houillères nationalisées (14 mai 1948), se prononce pour l'adoption du projet relatif à la constitution du Conseil de l'Europe (9 juillet 1949), pour la ratification du pacte de l'Atlantique (26 juillet 1949) puis en faveur de la réforme électorale relative aux apparentements (7 mais 1951).

De nouveau candidat à la tête de la liste du MRP lors des élections législatives du 17 juin 1951, Emile-Louis Lambert n'est cette fois pas réélu. Il rejoint alors la fonction publique, en qualité de directeur régional de la protection civile. Il fait valoir ses droits à la retraite en 1970.

Emile-Louis Lambert décède le 28 janvier 1982 à Dijon. Il était grand-officier de la Légion d'honneur.



Retour haut de page