Robert, Charles de Lasteyrie du Saillant

1849 - 1921

Informations générales
  • Né le 15 novembre 1849 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 29 janvier 1921 à Allassac (Corrèze - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 17 décembre 1893 au 31 mai 1898
Département
Corrèze

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 15 novembre 1849 à Paris, mort le 29 janvier 1921 à Allassac (Corrèze).

Député de la Corrèze de 1893 à 1898.

Né d'un père qui avait partagé sa vie entre la politique - il avait siégé une dizaine d'années à la Chambre des députés - et l'archéologie, Robert de Lasteyrie du Saillant, à l'issue de brillantes études au collège Rollin, se destinait à l'Ecole polytechnique. Une grave maladie contraria cette vocation et il se tourna alors vers l'Ecole des Chartes, où il fut reçu premier, et vers la Faculté de droit.

Mais, après la guerre de 1870 qu'il termine comme capitaine, c'est à l'érudition qu'il décide de se consacrer exclusivement. Archiviste-paléographe en janvier 1873, il est aussitôt attaché aux Archives nationales ; en 1875, il obtient la première médaille au concours des antiquités de France pour sa thèse de l'Ecole des Chartes, étude sur les comtes et vicomtes de Limoges antérieurs à l'an mil. En 1880, il succède comme professeur à l'Ecole des Chartes à Quicherat dont il était l'élève préféré ; en 1890, il est élu membre de l'Institut.

Rien ne prédisposait donc Robert de Lasteyrie à la politique, si ce n'est la tradition familiale. Et c'est pour lui être fidèle qu'en décembre 1893 il se présente à la députation dans la 2e circonscription de Brive, à l'occasion d'une élection partielle. Il y est élu par 9.550 voix sur 12.154 votants.

A la Chambre, loin de se spécialiser dans les questions relatives à l'instruction publique, il s'intéresse principalement aux travaux publics dont il rapporte deux fois le budget.

Il se représente aux élections de 1898, mais n'obtient que 5.105 voix contre 9.224 au radical Bussière.

Il revient à ses études et c'est de cette époque que datent ses œuvres principales consacrées à la sculpture et à l'architecture française du Moyen âge.

Il mourut à Allassac, dans le domaine familial du Saillant, le 29 janvier 1921. Il avait 72 ans.


Retour haut de page