Amédée, Eugène, Louis de Lur-Saluces

1839 - 1894

Informations générales
  • Né le 5 juillet 1839 à Commarin (Côte-d'Or - France)
  • Décédé le 2 octobre 1894 à Sauternes (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Gironde
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Gironde
Groupe
Union des Droites

Biographies

Représentant en 1871, né au château de Commarin (Côte-d’Or) le 5 juillet 1839, il entra à l'Ecole de Saint-Cyr en 1868, devint sous-lieutenant au 7e lanciers et donna sa démission en 1867.

Conseiller général de la Gironde pour le canton de Langon en 1870, il fut nommé (décembre) commandant du 3e bataillon des mobilisés de Bazas.

D'opinions légitimistes, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de la Gironde à l'Assemblée nationale, le 4e sur 14, par 99 457 voix (132 349 votants, 207 101 inscrits). Il prit place à droite et vota :
- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour la chute de Thiers au 24 mai,
- pour le septennat, pour l'état de siège,
- pour la loi des maires,
- contre l'amendement Wallon
- et contre l'ensemble des loi, constitutionnelles.

M. de Lur-Saluces ne se représenta que le 21 août 1881, à Bazas, où il échoua avec 6 204 voix, contre 7 085 à l'élu, M. Laroze ; il ne fut pas plus heureux aux élections du 4 octobre 1885 ; porté sur la liste conservatrice de la Gironde, il échoua avec 72 385 voix sur 169 286 votants.

Après la mort de M. J. de Carayon-Latour, il a été appelé à la direction du parti royaliste dans la Gironde.


Né le 5 juillet 1839 à Commarin (Côte-d'Or), mort le 2 octobre 1894 à Sauternes (Gironde).

Représentant à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1876.

Député de la Gironde de 1889 à 1893.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 202.)


Candidat conservateur révisionniste en 1889 dans la circonscription de Bazas, il fut élu le 22 septembre, par 7.200 voix contre 5.710 à son concurrent, Alfred Laroze, député sortant républicain, et 1.407 accordées à Dupart, boulangiste, sur 14.414 votants.

Membre de diverses commissions parlementaires, il déposa une proposition de loi tendant à améliorer le sort des incendiés dans les landes de la Gironde.

Il ne fut pas réélu aux élections de 1893, n'obtenant que 5.919 voix contre 7.648 à Constant, républicain.

Il mourut le 2 octobre 1894 à Sauternes, à l'âge de 55 ans.