René, Victor Manaut

1891 - 1992

Informations générales
  • Né le 23 septembre 1891 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 6 septembre 1992 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Gauche républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Pyrénées-Orientales
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Né le 23 septembre 1891 à Paris.

Député des Pyrénées-Orientales de 1919 à 1924 et de 1928 à 1932.

Sous-secrétaire d'Etat à l'Intérieur du 3 novembre 1929 au 21 février 1930 et du 2 mars 1930 au 13 décembre 1930.

Fils du précédent, René Manaut fait ses études secondaires au collège Rollin à Paris puis obtient le diplôme de l'Ecole des hautes études commerciales. Mobilisé en 1914, blessé, sa conduite lui vaut d'être décoré de la Croix de guerre. Les hostilités terminées, il devient chef de cabinet de Louis Loucheur, ministre de la Reconstitution industrielle dans le 2e cabinet Clemenceau.

Il se présente aux élections législatives le 16 novembre 1919, dans les Pyrénées-Orientales. Candidat sur la liste d'union républicaine nationale pour l'ordre et la prospérité du pays, conduite par Emmanuel Brousse et composée de « républicains de sagesse partisans d'ordre et de paix sociale », il est élu à la plus forte moyenne, avec 18.074 voix sur 36.814 votants.

Il s'inscrit au groupe de la gauche républicaine démocratique. Membre de la commission du commerce et de l'industrie et de la commission des mines et de la force motrice, il apparaît immédiatement comme un parlementaire très actif. Il prend part à la discussion de nombreux projets et propositions de loi concernant notamment : le nouveau régime des chemins de fer d'intérêt général, de distribution d'électricité dans les campagnes, des baux à loyer d'immeubles à usage commercial et industriel, la réalisation d'économie et la création de nouvelles ressources fiscales, le contrôle des opérations de change et la création d'une caisse des pensions de guerre.

En 1924, il sollicite le renouvellement de son mandat sur la liste d'union républicaine démocratique et sociale mais il n'obtient que 15.877 voix sur 48.151 votants : la liste du cartel des gauches remporte dans les Pyrénées-Orientales un succès total, tous ses membres dépassant la majorité absolue.

Ecarté de la Chambre, René Manaut renforce pourtant sa position dans son département en se faisant élire, en 1925, conseiller général du canton de Sournia.

Lors des élections générales de 1928, qui sont marquées par le retour au scrutin uninominal, il se présente dans la circonscription de Prades en qualité de candidat radical de concentration républicaine. Il se réclame de Poincaré et lance un appel à tous les républicains de gouvernement ; il propose à ses électeurs un programme basé sur la défense de la propriété individuelle et la lutte contre les théories communistes et collectivistes, la réforme de l'enseignement en vue d'assurer l'accès de tous à ses divers degrés, la défense de la viticulture.

En tête après le premier tour de scrutin, il est élu au second avec 9.072 voix sur 18.109 votants, son principal adversaire, Batllo, en recueillant 7.644.

Il reprend place à la commission du commerce et de l'industrie et devient membre des commissions de la marine militaire et des affaires étrangères. Il participe à nouveau activement aux débats, notamment à la discussion du projet de loi portant fixation du budget général de l'exercice 1929.

Il parvient au sommet de sa carrière politique en devenant, du 3 novembre 1929 au 21 février 1930 et du 2 mars au 13 décembre 1930, sous-secrétaire d'Etat à l'Intérieur dans les 1er et 2e cabinets Tardieu. En cette qualité, il prend part à la discussion du projet de loi portant fixation du budget général de l'exercice 1930.

Il est pourtant battu lors des élections générales de 1932 par Joseph Rous qui l'emporte au scrutin de ballottage par 9.348 voix à 8.740. Face au même adversaire et dans les mêmes conditions, il subit un nouvel échec en 1936.

Dès lors, il renonce à la vie politique pour poursuivre dans le monde des affaires la brillante carrière qu'il a commencée en 1926 en qualité de directeur des publications du Petit Journal. Administrateur de nombreuses sociétés, il est, depuis 1933, président de la Confédération nationale des industries de la conserve.

René Manaut est grand officier de la Légion d'honneur, commandeur du Mérite maritime, chevalier du Mérite agricole, chevalier de l'ordre de Stanilas de Russie.




Né le 23 septembre 1891 à Paris
Décédé le 6 septembre 1992 à Paris

Député des Pyrénées-Orientales de 1919 à 1924 et de 1928 à 1932
Sous-secrétaire d'Etat à l'intérieur du 3 novembre 1929 au 21 février 1930 et du 2 mars au 13 décembre 1930

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VII, p. 2352 à 2353)

Retiré de la vie politique, René-Victor Manaut poursuit sa carrière dans le monde des affaires. Président du Conseil supérieur de la conserve et de la fédération des industries de l'alimentation, il est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur en 1951, au titre du ministère du commerce et de l'industrie.



Retour haut de page