Honoré, Auguste Martinon

1854 - 1947

Informations générales
  • Né le 15 août 1854 à Blessac (Creuse - France)
  • Décédé le 9 juillet 1947 à Blessac (Creuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Creuse
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Creuse

Biographies

Né le 15 août 1854 à Blessac (Creuse). Député de la Creuse de 1889 à 1898.

Né à Blessac, petit village des environs d'Aubusson, dans la Creuse, il appartenait à une très ancienne famille du pays, ayant pour père un brillant avocat, pour grand-père un magistrat par ailleurs député du district d'Aubusson, à la fête de la Fédération de 1791.

Il poursuit très naturellement ses études de droit et regarde avec intérêt la carrière politique. Il y est d'autant plus enclin qu'il épouse la fille d'Armand Fourot, ancien député-maire d'Evaux.

Il est rapidement élu maire de Blessac, président du comice agricole de l'arrondissement d'Aubusson et vice-président de la société centrale d'agriculture de la Creuse. Il s'occupe beaucoup de questions agricoles qu'il traite d'une façon très personnelle dans le bulletin du comice d'Aubusson. Il sera délégué par le comité départemental à l'exposition universelle.

Il se présente aux élections en 1889. Il participe avec fougue aux débats sur l'opportunité d'une révision de la Constitution. Il n'accepte cette révision que dans le cas où elle serait réclamée par une majorité républicaine compacte et sans que l'on élise pour ce faire une assemblée spéciale. Il demande en outre le maintien des deux Chambres et la nomination des électeurs sénatoriaux par le suffrage universel.

Sa position en matière coloniale est claire. Il est hostile aux expéditions lointaines, car elles risquent de compromettre la sécurité nationale.

Il est élu le 22 septembre 1889 par 6.677 voix contre 2.305 obtenues par Sallandrouze conservateur. Il sera réélu dès le premier tour le 20 août 1893 par 5.690 voix contre 4.763 à Gauthier, agent de change, radical.

A la Chambre, il siège à gauche, bien qu'opposé à la formation aussi bien qu'à la politique des groupes. Tout naturellement son activité législative s'exercera principalement dans le domaine agricole, bien qu'il prenne part aux travaux d'autres commissions telles que la commission des chemins de fer, celle de réforme générale de l'impôt ou du tarif des douanes.

Il propose une réorganisation du crédit réel agricole et dans cette optique, prend une part très active à la discussion de la proposition de loi Jules Méline qui tend à l'organisation du crédit agricole et populaire.

En 1898, il est battu au premier tour par M. Cornudet, ancien officier converti à l'agriculture et conseiller général, par 13.017 voix contre 5.992, à la suite d'une modification du découpage des circonscriptions.

Il se retire alors de la vie publique. Il était chevalier de la Légion d'honneur et commandeur du Mérite agricole.




Né le 15 août 1854 à Blessac (Creuse)
Décédé le 9 juillet 1947 à Blessac

Député de la Creuse de 1889 à 1898

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VII, p. 2391)

Retiré de la vie politique, Honoré Marti non meurt à Blessac, sa commune natale, le 9 juillet 1947. Il en avait été le premier magistrat pendant 51 ans.



Retour haut de page