Hubert de Montaigu

1877 - 1959

Informations générales
  • Né le 27 novembre 1877 à La bretesche-missillac (Loire-Inférieure - France)
  • Décédé le 6 juin 1959 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 22 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 1er mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Fédération républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Fédération républicaine de France

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 27 novembre 1877 à Missillac (Loire-Inférieure).

Député de la Loire-Inférieure de 1910 à 1919 et de 1928 à 1942.

Fils du marquis de Montaigu qui fut député de la Loire-Inférieure de 1898 à 1910 puis sénateur de 1920 à 1927, il se présente pour la première fois aux élections législatives en remplacement de son père, dans la 2e circonscription de la Loire-Inférieure à Saint-Nazaire, le 24 avril 1910.

Il est élu par 13.288 voix sur 16.631 votants pratiquement sans opposition. Il est réélu, toujours au premier tour, le 26 avril 1914 par 13.590 voix contre 966 à Joncheret.

Ancien officier, propriétaire foncier, il fait partie pendant ces deux premiers mandats de la commission de l'armée et rapporte en cette qualité une série de projets de loi intéressant soit la ville de Nantes (cession par l'Etat à la ville de Nantes du château de Nantes, déplacement des magasins d'explosifs de Nantes), soit la vie militaire (corps des officiers d'administration, corps des interprètes militaires, admission des officiers généraux dans le cadre de réserve, affectation à des unités combattantes des mobilisés appartenant à l'armée active et à sa réserve, révision des sursis d'appel sous les drapeaux ou appel sous les drapeaux des agriculteurs).

Maire et conseiller général de Missillac, il cesse d'appartenir à la Chambre des députés après son second mandat et ne se représente, toujours dans l'arrondissement de Saint-Nazaire, que le 22 avril 1928 où il est élu au premier tour par 14.316 voix contre 2.172 à Lambot sur 23.710 inscrits et 18.343 votants.

Il est réélu, toujours au premier tour, le 1er mai 1932, par 12.720 voix contre 5.378 à Toublanc sur 23.606 inscrits et 19.801 votants et le 26 avril 1936, par 11.101 voix contre 4.294 à Crusson sur 23.725 inscrits et 19.901 votants.

Il s'inscrit au groupe de la fédération républicaine de 1928 à 1940 et devient membre de la commission de la marine marchande et de la marine militaire de la Chambre des députés.

Son activité sur le plan législatif reste très restreinte et le 10 juillet 1940, il vote pour le maréchal Pétain.




Né le 27 novembre 1877 à Missillac (Loire Inférieure)
Décédé le 6 juin 1959 à Paris

Député de la Loire inférieure de 1910 à 1919 et de 1928 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VII, p. 2499)

Maintenu dans ses fonctions de maire de Missillac pendant l'occupation, Hubert de Montaigu cède la place à sa femme, nommée premier magistrat de cette commune, à la Libération. Inéligible en raison de son vote du 10 juillet 1940 en faveur du maréchal Pétain, il retrouvera après l'amnistie son mandat aux élections municipales de 1953.