Auguste, Arthur Beauvillain

1878 - 1957

Informations générales
  • Né le 27 décembre 1878 à Caudry (Nord - France)
  • Décédé le 9 février 1957 à Caudry (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Nord
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Nord
Groupe
Socialiste

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né à Caudry (Nord), le 27 décembre 1878, mont à Caudry, le 9 février 1957.

Député du Nord de 1924 à 1928 et de 1936 à 1942.

Auguste Beauvillain fut d'abord hôtelier, puis représentant en vins.

Militant socialiste depuis 1894, il est élu conseiller municipal de Caudry le 3 mai 1908, maire le 10 décembre 1919; pour le rester jusqu'en 1942, conseiller d'arrondissement, puis conseiller général du canton de Caudry de 1922 à 1925, puis a nouveau conseiller d'arrondissement en 1934.

Il se présente aux élections générales du 11 mai 1924 dans le Nord : il est élu à la plus forte moyenne sur la liste socialiste S.F.I.O. Il est nommé membre de la Commission des douanes et des conventions commerciales et de la Commission des régions libérées. Il dépose une proposition de loi concernant les successions en déshérence ou payant à l'Etat un droit de plus de 50 % -. dont la moitié serait attribuée à la commune: où la succession est ouverte - et une proposition de loi tendant à réformer les élections aux chambres de commerce, aux tribunaux commerciaux, et aux conseils de prud'hommes.

Il participe à la discussion du budget des colonies pour 1925 et s'intéresse à la situation des petits dentelliers. du Cambrésis à propos d'une loi sur les loyers (1926). Le budget du Travail de 1928 lui donne l'occasion de parler des retraites manières.

Aux élections générales de 1928, il estr battu, dans la première circonscription de Cambrai, par un industriel, maire de Masnières, Gabriel Delmotte. Il ne se représente pas aux élections, de 1932. Aux élections générales des 26 avril et 3 mai 1936, ib est élu, am deuxième tour de scrutin, dans la circonscription de Cambrai. Il est nommé membre de la Commission de la. marine militaire, et de la Commission des douanes. A ee dernier titre, il établit des rapports sur le tarif douanier en Guyane (1938), en A. O. F. (1938), dans les. Etablissements français d'Océanie (1938), à la Guadeloupe (1939), et en Nouvelle-Calédonie (1939), et sur des projets interdisant l'exportation des métiers à tulle usagés (1938), et des tabacs fabriqués (1939).

Lors de la discussion du budget du Travail de l'exercice 1938, il intervient en faveur des chômeurs il demande l'augmentation de leur allocation et la création d'une Caisse nationale de chômage; il parle également des retraites des vieux travailleurs et des emprunts communaux. A propres du budget de l'exercice 1939, il souligne les difficultés que rencontrent les communes pour financer les. caisses de chômage.

Arrêté par les Allemands le 15 mai 1942, il fut condamné quelques, mois plus tard à six mois de prison et révoqué de ses fonctions de maire par le Gouvernement de Vichy.

Ayant voté en 1940, les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, il ne fut relevé de l'inégibilité qu'en 1947. Il se présenta la même année aux élections municipales, toujours sous l'étiquette S. F. I. O., et fut réélu conseiller municipal de Caudry. Il mourut dans sa ville natale dix ans plus tard, en 1957.




Né le 27 décembre 1878 à Caudry (Nord)

Décédé le 9 février 1957 à Caudry (Nord)

Député du Nord de 1924 à 1928 et de 1936 à 1942

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome II, p. 514)

Dès avril 1941, Auguste Beauvillain prend contact avec l'organisation de résistance du Parti socialiste dans le Nord. Maintenu dans ses fonctions de maire de Caudry, il met à profit son mandat pour résister à l'occupant : non livraison de matériel, propagande, détention d'armes.

Son comportement lui vaudra d'être arrêté par les Allemands, le 15 mai 1942, condamné à six mois de prison et révoqué de ses fonctions de Maire par le gouvernement de Vichy.

Sa candidature aux élections municipales de mai 1945 amène le Jury d'honneur à se prononcer sur le maintien de l'inéligibilité qui le frappait à la suite de son vote du 10 juillet 1940 en faveur du projet de loi constitutionnelle. Par sa décision, rendue le 3 octobre 1945, cette juridiction relève l'ancien député du Nord de son inéligibilité.

Réintégré au sein du Parti socialiste, Auguste Beauvillain continue d'y militer et c'est toujours sous l'étiquette S.F.I.O. qu'il est réélu conseiller municipal de Caudry en 1947 et en 1953.


Retour haut de page