Emile Poirault

1890 - 1964

Informations générales
  • Né le 10 août 1890 à Argenton-l'eglise (Deux-Sèvres - France)
  • Décédé le 15 avril 1964 à Argenton-l'église (Deux-Sèvres - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1946 au 1er janvier 1948

Biographies

Biographie de la IVe République

POIRAULT (Emile)
Né le 10 août 1890 à Argenton-l’Eglise (Deux-Sèvres)
Décédé le 15 avril 1964 à Argenton-l’Eglise

Membre de la première Assemblée nationale constituante (Deux-Sèvres)
Conseiller de la République des Deux-Sèvres de 1946 à 1948

Emile Poirault naît le 10 août 1890 à Argenton-l’Eglise, dans le nord du département des Deux-Sèvres. Il poursuit ses études jusqu’au baccalauréat ès-lettres, puis l’armée le retient pendant une longue période. De septembre 1911 à octobre 1913, il effectue son service militaire, et, lorsque la guerre éclate, en 1914, il est à nouveau appelé sous les drapeaux. Il reste mobilisé jusqu’en 1919.
De retour du front, il s’installe à Thouars, chef-lieu de canton des Deux-Sèvres, et commence à travailler comme propriétaire-viticulteur. Très vite, il prend goût à la gestion des affaires publiques et est élu conseiller municipal de Thouars, en mai 1925. Il est réélu en 1929 et 1935. Devenu conseiller général en 1931, il est réélu en 1937.
En 1941, Emile Poirault est démissionné d’office du Conseil général et du conseil municipal par le gouvernement de Vichy. Mais en septembre 1944, membre et secrétaire du comité départemental de Libération, au titre du mouvement Libération Nord, il est désigné par la Résistance et nommé par le préfet maire de Thouars. Il est élu à cette fonction le 19 mai 1945, et en septembre de la même année, est réélu conseiller général.
Emile Poirault multiplie alors les activités. Président de la caisse locale de crédit agricole, il assure également la présidence de la fédération viticole du département.
Le 21 octobre 1945, Emile Poirault est élu député à la première Assemblée nationale constituante. Il siège à la commission de la reconstruction et des dommages de guerre. L’année suivante le voit élu au Conseil de la République. Membre du groupe SFIO, il est nommé à la commission de la défense nationale et à celle de la reconstruction et des dommages de guerre.
Emile Poirault intervient sans compter, lors des débats, sur des sujets divers : le budget de l’agriculture, l’organisation des corps d’officiers de l’armée de terre, l’élection des conseillers de la République ou la création d’un contingent exceptionnel de décorations pour les combattants volontaires. Il effectue trois rapports pour le compte des commissions auxquelles il appartient, dont l’un concerne l’épuration des officiers de réserve. Il dépose également des propositions de résolutions, notamment sur l’augmentation de la participation financière de l’Etat dans la construction de certains établissements municipaux à caractère industriel, et sur l’augmentation du taux de la taxe d’abattage perçue au profit des budgets communaux.
Emile Poirault n’est pas réélu au Conseil de la République à l’occasion des élections du 7 novembre 1948, la liste du parti socialiste SFIO sur laquelle il figure n’obtenant aucun élu. Il tente de revenir au Palais du Luxembourg lors des élections du 18 mai 1952, mais, là aussi, il échoue. La liste SFIO n’ayant aucun élu.
Il disparaît le 15 avril 1964.

Retour haut de page