Etienne, Marie, Aimé Vaissière de Saint-Martin-Valogne

1831 - 1911

Informations générales
  • Né le 14 septembre 1831 à Guéret (Creuse - France)
  • Décédé le 15 octobre 1911 à Cluis (Indre - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Indre
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Indre
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Indre
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Indre
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Indre
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Indre
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Indre
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Indre

Biographies

Député depuis 1876, né à Guéret (Creuse) le 14 septembre 1831, petit-fils de Charles Saint-Martin-Valogne (1750-1807), député à la Convention et au Conseil des Cinq-Cents, et petit-neveu de M. de Boëry, député du Berry aux Etats généraux, Etienne Saint-Martin-Valogne se fit recevoir licencié en droit, et se fixa dans l'Indre où il s'occupa de la gestion du beau domaine de Puy d'Auzon.

Maire de Cluis en 1864, président de la Société de secours mutuels, conseiller d'arrondissement (1869), conseiller général de Neuvy-Saint-Sépulcre depuis 1870, il fit partie à l'assemblée départementale de commissions importantes, s'occupa surtout des questions de travaux publics, fut rapporteur des projets de chemins de fer, des budgets, et membre de la commission de permanence.

Révoqué de ses fonctions de maire après le 4 septembre 1870, parce qu'il avait déclaré ne vouloir tenir son mandat que du libre choix de ses concitoyens et non « d'un gouvernement d'aventures et d'aventuriers », il devint, en 1872, membre du conseil départemental de l'instruction publique, et, candidat du comité national conservateur aux élections du 20 février 1876, fut élu député de l'arrondissement de la Châtre par 7 355 voix (12 945 voix, 16 624 inscrits), contre 3 336 à M. Pissavy et 2 220 à M. le docteur Vergne. Il prit place à la droite bonapartiste et soutint le ministère de Broglie-Fourtou contre les 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 10 576 voix (13 866 votants, 16 950 inscrits), contre 3 178 à M. de Talleyrand-Périgord, il reprit sa place à droite, combattit la politique scolaire et coloniale des ministères républicains, et vit son mandat renouvelé, le 21 août 1881, par 8 093 voix sur 13 554 votants et 17 574 inscrits, contre 5 400 à M. Pouradier Duteil, républicain. Il parla contre l'obligation imposée aux départements de construire des Ecoles normales de filles, contre la loi qui oblige les communes à construire des écoles dont elles ne veulent pas, provoqua la mise en discussion du service militaire de trois ans, et fit voter un crédit supplémentaire de cinq millions pour les chemins vicinaux.

Porté, aux élections du 4 octobre 1885, sur la liste conservatrice de l'Indre, il fut réélu, le 1er sur 5, par 35,717 voix (69 748 votants, 83 936 inscrits). M. de Saint-Martin siégea à l'Union des droites, fit partie de la commission des 33 membres nommée pour examiner les affaires du Tonkin, et vota pour l'abandon de cette colonie, dont il avait constamment déjà rejeté les crédits. Il réclama l'inscription régulière au budget de la subvention destinée aux chemins vicinaux, demanda le maintien des dispenses de droit dans la loi militaire, fit rétablir le crédit destiné aux établissements de bienfaisance, et combattit, comme contraires à l'égalité, plusieurs articles de la loi militaire. Dans la dernière session, il s'est prononcé :
- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement de la révision partielle de la Constitution proposée par le cabinet Floquet,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.



Né le 14 septembre 1831 à Guéret (Creuse), mort le 15 octobre 1911 à Cluis (Indre).

Député de l'Indre de 1876 à 1906. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 243.)

Aux élections des 22 septembre et 6 octobre 1889, Saint-Martin Valogne est réélu, toujours dans l'arrondissement de La Châtre, au premier tour de scrutin, avec 10.417 voix sur 14.375 votants, et 19.023 inscrits. Il avait fait campagne en faveur d'une révision de la Constitution, pour un gouvernement fort et libéral et pour un chef d'Etat nommé par le peuple.

A la Chambre, il prend une part active à la discussion du projet relatif aux contributions directes et à celle de différents budgets.

Réélu au premier tour aux élections des 20 août et 3 septembre 1893, par 8.357 voix contre 6.274 à Périgois sur 14.902 votants et 18.931 inscrits, il établit le rapport sur la proposition de loi concernant les autorisations d'emprunt de certains départements à la caisse des chemins vicinaux. Il intervient à ce sujet lors de la discussion du budget de l'Intérieur de 1895. Il fait partie du groupe parlementaire de la défense nationale et du groupe agricole. Favorable à un protectionnisme modéré, il soutient constamment de ses votes le ministère Méline (1896-1898).

Aux élections des 8 et 22 mai 1898, il est réélu au premier tour avec 8.650 voix contre 7.594 à Périgois sur 16.436 votants et 19.895 inscrits. Il prend part à la discussion des budgets de l'Intérieur et des P.T.T. pour 1899.

Après une campagne électorale où il s'est prononcé contre la politique du gouvernement Waldeck-Rousseau qui lui parait porter atteinte à la liberté de conscience et à celle de l'enseignement, il est de nouveau réélu aux élections des 27 avril et 11 mai 1902 au premier tour, avec 8.436 voix contre 8.221 à Dauthry sur 16.831 votants et 20.223 inscrits.

Lors de la discussion de la proposition de loi relative au recrutement de l'armée, il demande des mesures en faveur des soutiens de famille.

Il ne se représenta pas aux élections de 1906 et mourut à Cluis, dont il a été maire de nombreuses années, le 15 octobre 1911, à l'âge de 80 ans.



Retour haut de page