Mohamed Cherif Benkeddache

1912 - 1962

Informations générales
  • Né le 12 janvier 1912 à Michelet (Algérie)
  • Décédé le 16 janvier 1962 à Alger (Algérie)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Anciens départements d'Algérie
Groupe
Union démocratique du Manifeste algérien

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 12 janvier 1912 à Michelet (Département d'Alger)

Membre de la seconde Assemblée nationale Constituante (Alger)

Mohamed Chérif Benkeddache, originaire de Michelet, est directeur commercial, marié et père de trois enfants, lorsqu'il se présente aux élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale Constituante, dans le collège des musulmans non citoyens du département d'Alger. Il figure en seconde position derrière le docteur Saadane sur la liste d'Union démocratique du manifeste algérien (U.D.M.A.), mouvement fondé par Ferhat Abbas peu de temps auparavant pour défendre des options réformistes sur le devenir de l'Algérie, après les émeutes de mai 1945. Cette liste remporte dans le département d'Alger, comme dans toute l'Algérie, un grand succès puisqu'elle recueille 102 007 suffrages sur 196 527 suffrages exprimés (51,9 % des voix) et deux sièges sur quatre, contre 68 439 à la liste d'union musulmane et de progrès social et 23 456 à la liste communiste.

Dans la nouvelle Assemblée, Mohamed Benkeddache fait partie de la Commission des affaires économiques, des douanes et des conventions commerciales. La brièveté du mandat de cette assemblée ne lui donne pas l'occasion de prendre la parole, ni de déposer des propositions de loi. Lors des principaux votes, il choisit l'abstention, notamment lors du scrutin sur le second projet de Constitution.

S'il ne se représente pas aux élections législatives de novembre 1946, il est de nouveau candidat, toujours dans le deuxième collège, en deuxième position sur la liste U.D.M.A., lors du scrutin du 17 juin 1951. Mais les conditions particulières du vote entraînent un effondrement spectaculaire du nombre de voix recueillies par toutes les listes « non officielles ». Les cinq candidats de la liste de « Concorde et d'entente républicaines » rassemblent 78,5 % des suffrages et sont tous élus, alors que l'U.D.M.A. n'obtient que 13 204 voix (4,5 %). Dès lors, Mohamed Chérif Benkeddache rentre dans la vie privée.


Retour haut de page