Eugène, Daniel, Clélia Riu

1832 - 1895

Informations générales
  • Né le 15 juillet 1832 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 24 janvier 1895 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 24 janvier 1895
Département
Loir-et-Cher

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 15 juillet 1832 à Montpellier (Hérault), mort le 14 janvier 1895 à Paris.

Député du Loir-et-Cher de 1893 à 1895.

Le général Riu n'entre que tardivement dans la carrière politique.

Elève des Beaux-Arts, il poursuit ses études artistiques en Italie alors que, sous-lieutenant, il se trouve en garnison à Rome en 1859.

Capitaine dans l'armée de Metz pendant la guerre de 1870, blessé puis prisonnier, il s'évade et rejoint l'armée de la Loire. Devenu officier supérieur, il exerce le commandement militaire du Palais Bourbon, puis participe à la campagne de Tunisie, Nommé général de brigade il reste onze ans en activité dans ce grade, puis demande sa retraite par anticipation pour se présenter, à l'âge de 60 ans, à la députation dans la 1re circonscription de Blois.

De sa candidature, il dit lui-même qu'elle est «essentiellement républicaine et démocratique ». Il propose d accomplir « résolument les réformes contenues dans le programme de Gambetta en 1869 et non encore réalisées ». Il demande notamment la révision de la constitution et la suppression du Sénat, la séparation des Eglises et de l'Etat, un service militaire de 2 ans égal pour tous, l'interdiction du cumul des mandats électifs, l'impôt progressif et proportionnel sur le capital et sur le revenu, la création du crédit agricole et d'assurances agricoles de l'Etat, la nationalisation des chemins de fer et de la Banque de France. Il est élu au renouvellement général de 1893 au second tour de scrutin par 9.781 voix contre 5.019 à Gauvin son principal adversaire, sur 15.461 votants et 23.441 inscrits.

Membre de la commission de l'armée et de diverses autres commissions, il dépose des propositions de loi avec plusieurs de ses collègues tendant en particulier à la suppression des anciennes servitudes autour des anciennes défenses de Paris et à la création d'un ordre du mérite industriel et commercial. Il est l'auteur de rapports sur le projet de loi relatif aux vétérinaires de l'armée et sur la proposition de loi modifiant la loi sur le recrutement militaire. Il est également l'auteur d'un rapport sur la proposition de loi de Méline tendant à l'institution de chambres consultatives d'agriculture et à l'organisation du conseil supérieur de l'agriculture. Il prend également part à plusieurs discussions, notamment à la discussion du projet de loi relatif à la formation de régiments de cavalerie.

La mort le saisit au cours de son mandat le 24 janvier 1895 à Paris. Le 28 janvier, dans un bref éloge funèbre, le président de la Chambre rappelle la volonté du général Riu de refuser les honneurs funèbres officiels et lui rend un court hommage.