Joseph Sigrist

1885 - 1976

Informations générales
  • Né le 26 avril 1885 à Andlau (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 6 mars 1976 à Sélestat (Bas-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Bas-Rhin
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Bas-Rhin
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Bas-Rhin
Groupe
Mouvement républicain populaire

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1936 au 1er janvier 1944

Biographies

Né le 26 avril 1885 à Andlau (Bas-Rhin).

Sénateur du Bas-Rhin de 1936 à 1944.

Issu d'une vieille famille paysanne alsacienne, Joseph Sigrist était viticulteur. Conseiller municipal, adjoint au maire, conseiller d'arrondissement, membre du comice agricole de Sélestat et secrétaire du bureau de la Chambre d'agriculture du Bas-Rhin, il est élu au Sénat en 1936, au second tour, par 642 voix sur 1.240 suffrages exprimés. Il avait fait campagne sur le programme de l'union populaire républicaine alsacienne. Au Luxembourg, il ne fera partie d'aucun groupe. Il est membre des commissions de l'enseignement, de l'administration générale et du commerce. Il intervient, au cours des débats, sur les questions agricoles : industrie des pâtes à papier, office national du blé, revalorisation du bois, allocations familiales agricoles, caisse nationale des calamités agricoles. On note également des interventions dans la discussion du projet de loi sur l'enseignement primaire, le projet de loi sur la mise à la retraite par ancienneté, enfin sur différents budgets. Il dépose en 1938 une demande d'interpellation sur la situation démographique. A l'Assemblée nationale du 10 juillet 1940, Sigrist ne prend pas part au vote sur le projet de loi constitutionnel.


SIGRIST (Joseph, Adolphe)
Né le 26 avril 1885 à Andlau (Bas-Rhin)
Décédé le 6 mars 1976 à Sélestat (Bas-Rhin)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Bas-Rhin)
Député du Bas-Rhin de 1946 à 1951

Fils d’Antoine Théophile Sigrist, jardinier d’art, puis viticulteur, et de Marie Elisabeth Karcher, fille de viticulteur, Joseph Sigrist est né dans une famille de dix enfants. Il fait ses études primaires à Andlau, puis suit l'école agricole d'hiver de Sélestat, avant de travailler sur la propriété viticole et arboricole de ses parents. Très actif dans les comices agricoles de l’arrondissement de Sélestat et dans la mutualité agricole, il devient, en février 1926, secrétaire adjoint de la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin. Il est représentant du Bas-Rhin à l'Office agricole. Membre du parti catholique alsacien dès avant 1918, il participe, en 1919, à la fondation de la section cantonale de Barr de l'Union Populaire Républicaine d'Alsace (UPR). De 1927 à 1939, il est membre du comité directeur du parti. En 1921, il est élu conseiller municipal d’Andlau et devient adjoint au maire, fonction qu’il exerce jusqu’en 1940. Conseiller d’arrondissement en 1925, il subit deux échecs aux élections cantonales, à Barr en 1928, et à Villé en 1931. Le 20 octobre 1935, il est élu sénateur du Bas-Rhin en tant que représentant du monde paysan. En 1938, est nommé président de la Ligue des catholiques d’Alsace par l’Evêque de Strasbourg. Le 10 juillet 1940, il ne prend pas part au vote sur le projet de loi accordant les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain. Durant la période de l’occupation allemande, il refuse le poste de maire qui lui est proposé et vit retiré à Andlau.
En février 1945, Joseph Sigrist est élu président du comité exécutif provisoire du Parti Républicain Populaire (PRP) du Bas-Rhin, héritier des deux courants du catholicisme politique alsacien, UPR et Action Nationale Populaire d'Alsace (APNA). À la suite de l'adhésion du PRP au Mouvement Républicain Populaire (MRP) en juillet 1945, il est élu président de la Fédération MRP du Bas-Rhin, fonction qu'il exerce jusqu'en mai 1947.
Joseph Sigrist est élu, le 21 octobre 1945, à la première Assemblée nationale constituante, sur la liste MRP du Bas-Rhin (3ème position) qui obtient 46, 6 % des suffrages exprimés et cinq mandats. Elu secrétaire de l'Assemblée nationale constituante, il est nommé membre de la commission de l'éducation nationale et des beaux-arts, de la jeunesse, des sports et des loisirs. Il prend la parole à quatre reprises en séance publique, aussi bien sur l'agriculture que sur la situation de l'Alsace rurale sinistrée, ou que sur les questions budgétaires. Il ne dépose, en revanche, aucun texte. Elu à la seconde Assemblée nationale constituante, le 2 juin 1946, sur la liste MRP du Bas-Rhin (3ème position) qui obtient 49,7 % des suffrages exprimés et cinq mandats, il est nommé membre de la commission du ravitaillement. Il intervient à une reprise dans l’hémicycle, sur la question des prisonniers de guerre français non rapatriés. Il dépose, le 29 août 1946, une proposition de loi visant à l’application de la loi du 6 janvier 1929 aux planteurs de tabac des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Le 10 novembre 1946, il est élu député à l’Assemblée Nationale sur la liste MRP du Bas-Rhin (3ème position) qui obtient 44,7 % des suffrages exprimés et quatre mandats. Il est membre de la commission de l'intérieur de décembre 1946 à la fin de1947, de la commission du ravitaillement d’août 1947 à la fin de 1948, de la commission de la reconstruction et des dommages de guerre de janvier 1949 à la fin de la législature et de la commission des boissons de mai 1949 à la fin de la législature. Il dépose, le 26 août 1947, une proposition de résolution invitant le gouvernement à développer le régime des prêts des crédits immobiliers , ainsi qu'une demande d'interpellation, le 11 décembre 1947, sur la suppression de la mission de rapatriement de Moscou. Il intervient à dix-neuf reprises en séance publique et défend trois amendements: le 17 février 1949, au projet de loi accordant un contingent exceptionnel de croix de la Légion d'honneur pour le centenaire de 1848, afin de le tripler ; le 20 mai 1949, à la proposition de loi relative aux rentes et allocations des mutilés du travail pour l'appliquer à l'Alsace-Lorraine ; le 13 décembre 1950, au projet de loi relatif à l'allocation vieillesse des personnes non salariées, afin de tenir compte du revenu cadastral pour les deux tiers seulement en Alsace-Lorraine. Il intervient, en particulier, dans les discussions sur le budget et la fiscalité, la lutte contre l'inflation, les accords Blum-Byrnes (18 mars 1948), la réorganisation de la radio (29 juin 1948), l'amnistie en matière de collaboration (26 novembre 1948), les publications destinées à la jeunesse (21 janvier 1949), les prestations familiales agricoles (11 février 1949 et 31 juillet 1950).
En juin 1951, Joseph Sigrist ne se représente pas à la députation et se retire de la vie politique. Il est chevalier de la Légion d’honneur en 1952.
Célibataire, il meurt le 6 mars 1976 à Sélestat, à l’âge de quatre-vingt-dix ans.

Retour haut de page