Hélène Solomon-Langevin

1909 - 1995

Informations générales
  • Né le 25 mai 1909 à Fontenay-aux-roses (Hauts-de-Seine - France)
  • Décédé le 16 janvier 1995 à Sens (Yonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Seine
Groupe
Communiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Seine
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie de la IVe République

SOLOMON-LANGEVIN (Hélène, née LANGEVIN Hélène)
Née le 25 mai 1909 à Fontenay-aux-Roses (Hauts de Seine)
Décédée le 16 janvier 1995 à Sens (Yonne)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Seine)

Hélène Langevin est née le 25 mai 1909 à Fontenay-aux-Roses dans une famille d’intellectuels, mais d’origine populaire. Son arrière-grand-père paternel était artisan serrurier, son grand-père paternel métreur-vérificateur dans le bâtiment et son père était Paul Langevin, physicien, professeur au Collège de France depuis 1909 et directeur de l’Ecole de physique et de chimie depuis 1926. Paul Langevin était également un sympathisant communiste, puisqu’il fut président du Comité mondial de lutte contre la guerre et le fascisme de 1935 à 1939 et membre du comité de direction de La Pensée à partir de 1939.
Le 24 juillet 1929, Hélène Langevin épouse Jacques Solomon, qui a fait la connaissance de Paul Langevin deux ans auparavant. Jacques Solomon, jusqu’alors hésitant, décide d’abandonner les études médicales, d’embrasser une carrière de physicien et, après son mariage, il s’installe chez son beau-père, ne cessant plus dès lors de l’assister dans ses recherches. Il soutient sa thèse de doctorat ès sciences en 1931 puis, après quelques séjours d’étude au Danemark et en Allemagne, il devient chargé de recherches à la Caisse nationale des sciences en 1934. La même année, il adhère au parti communiste et milite dans le Vème arrondissement. Il collabore à diverses publications du PCF ou proches de lui : L’Humanité, Les Cahiers du bolchevisme, Commune, La Pensée, La Vie ouvrière et il assure en 1937 un cours d’économie politique à l’école centrale d’Arcueil du PCF en 1937.
Nous ne savons pas si Hélène Solomon-Langevin a formellement donné son adhésion au PCF avant la guerre. Mais elle en est fort proche et bénéficie de sa confiance, puisqu’elle fut à partir de 1937, la secrétaire de la branche française du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme.
Le pacte germano-soviétique provoque l’incompréhension de Paul Langevin qui cosigne, dans L’Œuvre du 30 août 1939, un texte d’intellectuels qui « expriment leur stupéfaction devant la volte-face » de l’URSS. Parmi les signataires se trouvent d’autres compagnons de route du PCF, mais pas Jacques Solomon ou d’autres intellectuels adhérents.
Dès septembre-octobre 1940, Hélène Solomon-Langevin participe aux activités du groupe qui donnera naissance à L’Université libre. A l’origine du groupe, se trouvent trois des jeunes intellectuels communistes les plus actifs d’avant-guerre : le philosophe Georges Politzer, le physicien Jacques Solomon et le germaniste Daniel Decourdemanche (Jacques Decour). Avec l’accord de Jacques Duclos, accord transmis par Pierre Villon fin septembre ou début octobre 1940 (Pierre Villon est arrêté le 8 octobre, quelques heures après avoir déjeuné chez Jacques et Hélène Solomon), ces intellectuels lancent des initiatives visant à regrouper les universitaires hostiles à Vichy et à l’occupant. Le premier numéro de L’Université libre sort en novembre 1940 et son éditorial (rédigé par Georges Politzer, peut-être avec la collaboration de Jacques Solomon) salue les manifestations des étudiants protestant, le 8 novembre, contre l’arrestation de Paul Langevin effectuée par les Allemands le 30 octobre 1940, puis défilant sur les Champs-Elysées le 11 novembre 1940. Pendant un an et demi, le groupe de L’Université libre, rattaché au Front national à partir de juillet 1941, développe ses activités : la diffusion d’une quarantaine de numéros de L’Université libre en premier lieu (dont le tirage approche les 4000 exemplaires par numéro), la sortie en février 1941 d’une nouvelle revue intellectuelle, ambitieuse par sa forme (96 pages) et par son niveau intellectuel, La Pensée libre, qui se veut l’héritière de La Pensée d’avant-guerre. Son deuxième numéro est à peine imprimé que, le 19 février 1942, Politzer, Solomon et Decour sont arrêtés par les Allemands. Le 23 mai 1942, au Mont-Valérien, ils sont fusillés comme otages avec d’autres responsables communistes tels Arthur Dallidet et Félix Cadras.
Peu de temps après l’arrestation de son mari, Hélène Solomon-Langevin est également arrêtée gare Saint-Lazare par la police française, transférée à la préfecture de police, puis à la Santé et au fort de Romainville. Le 24 janvier 1943, elle est déportée à Auschwitz et rentre en France en mai 1945, très affaiblie. Sa présence en position éligible (troisième place, après les deux dirigeants nationaux du PCF, André Marty et Ambroise Croizat) sur la liste communiste de la 1ère circonscription de la Seine pour les élections à la Constituante d’octobre 1945 et de juin 1946 résulte de son activité de résistante, mais est surtout un hommage rendu à celle de son mari fusillé ainsi que la volonté du parti de bénéficier de la notoriété de son père, qui remplace Victor Basch (assassiné par la Milice) à la présidence de la Ligue des droits de l’homme, et qui a lui-même adhéré au PCF le 26 septembre 1944. Dans les deux Assemblées nationales constituantes, Hélène Solomon-Langevin appartient à la Commission de l’éducation nationale, mais sa faiblesse persistante ne lui permet pas d’exercer une activité militante et parlementaire importante. Elle ne se représente pas aux élections de novembre 1946 et la troisième place sur la liste est attribuée à celle qui était en quatrième position en juin 1946, Maria Rabaté.
En 1948, Hélène Solomon-Langevin peut reprendre une activité professionnelle, en tant que bibliothécaire au Centre de documentation du CNRS. Le 29 octobre 1958, elle se remarie avec l’universitaire André Parreaux.

Retour haut de page