Pierre-Henri Teitgen

1908 - 1997

Informations générales
  • Né le 29 mai 1908 à Rennes (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 6 avril 1997 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie de la IVe République

TEITGEN (Pierre-Henri) Né le 29 mai 1908 à Rennes (Ille-et-Vilaine) Décédé le 6 avril 1997 à Paris (11ème) Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Ille-et-Vilaine) Député d’Ille-et-Vilaine de 1946 à 1958. Ministre de l’Information du 10 septembre 1944 au 30 mai 1945 Ministre d’Etat chargé de l’Information du 28 octobre 1949 au 2 juillet 1950 Garde des sceaux, ministre de la Justice du 30 mai 1945 au 22 janvier 1947 Ministre d’Etat, vice-président du Conseil du 22 janvier au 22 octobre 1947 Ministre des Forces armées du 22 octobre 1947 au 26 juillet 1948 Vice-président du Conseil du 26 juillet au 5 septembre 1948 et du 28 juin 1953 au 19 juin 1954 Ministre de la France d’outre-mer du 23 février 1955 au 1er février 1956 Fils d’un bâtonnier de la cour de Nancy, Henri Teitgen, il entre au collège Saint-Sigisbert puis, ayant obtenu sa licence à la Faculté de droit de Nancy, devient docteur et agrégé de droit public en octobre 1934 à l’âge de 27 ans. Il exerce alors successivement comme professeur aux Facultés de droit de Nancy en 1935, puis à Rennes de 1946 à 1961. Il lance, en 1936, avec son collègue François de Menthon, une revue ; Droit social. Marié à Jeanne Fonlupt, fille d’un avocat au barreau de Strasbourg, il fonde avec elle une famille de sept enfants. Cet adhérent des Jeunes démocrates populaires souhaite une « économie organisée » et se montre nettement antimunichois. Après avoir réussi à s’évader du camp de Sarrebourg où il est retenu comme prisonnier de guerre en juin 1940, dès le mois de septembre qui suit, il participe au lancement d’un journal clandestin Liberté et implante le mouvement à Montpellier où il est professeur de droit public jusqu’à sa révocation par Vichy en 1942. Après la fusion de son mouvement avec Combat en décembre 1941, il fait partie du comité directeur puis en juillet 1942, sur proposition de Jean Moulin, devient le secrétaire du CGE (Comité général d’études) qui publie des Cahiers Politiques. Muni de faux papiers, fin 1942, Pierre-Henri Teitgen, alias Tristan, s’installe à Lyon et fait partie du comité directeur des MUR. Début 1944, il est chargé par le général de Gaulle de préparer la réorganisation des services d’information et désigne les délégués régionaux. Arrêté le 6 juin 1944 par la Gestapo à Paris, il réussit à s’évader du train qui le conduit vers les camps de la mort, et revient le 5 septembre dans la capitale. Estimant le 25 novembre, lors de son congrès, que le PDP est « dissous dans les faits », il s’investit dans le MRP dont il devient président de 1952 à 1956. De 1944 à 1958, il est député MRP d’Ille-et-Vilaine, ministre à six reprises et trois fois vice-président du Conseil. Dès le 10 septembre 1944, il est chargé de l’information et doit légiférer sur les journaux ayant paru sous l’occupation. En mai 1945, il remplace François de Menthon comme garde des Sceaux, ministre de la Justice, et en cette qualité, doit traiter d’affaires ayant trait à l’épuration pour ce qui relève des banques, du maréchal Pétain. Elu député d’Ille-et-Vilaine, le 21 octobre 1945, avec 117 490 voix, en compagnie de trois autres colistiers, Alexis Mehaignerie, maire, cultivateur, Renée Prévert, ouvrière, Georges Coudray, pharmacien-dentiste, il est nommé Garde des Sceaux, ministre de la Justice sous le ministère de Gaulle le 22 novembre 1945 et le demeure dans le ministère Gouin à partir du 27 janvier 1946. Il est alors amené à déposer 29 projets de loi portant en premier lieu sur la répression des faits de collaborations ou leur amnistie, sur l’immunité et l’inviolabilité des députés à l’Assemblée nationale. La refonte de la justice passe par une réforme de l’organisation des cours et tribunaux et du statut des magistrats, ainsi que par la réforme de l’organisation des statuts des justices de paix et des juges de paix en février 1946. Sa liste, en juin 1946 avec 146 100 voix, obtient cinq sièges de députés. Il conserve le portefeuille de la justice dans le 3e cabinet de Gaulle, dans ceux de Gouin et Bidault et, à ce titre, dirige la répression de la collaboration par la Haute Cour, les Cours de justice et les Chambres civiques. Il dépose vingt projets de loi portant notamment sur le code de la nationalité, sur la législation dans les départements d’Alsace-Moselle. Il intervient sur l’épuration dans la magistrature, et défend son budget au Parlement. Le 10 novembre 1946, sa liste obtient 140 072 voix et 4 élus : la SFIO avec 49 497, le PCF emmené par d’Astier de la Vigerie avec 49198 voix et le PRL avec 28 791 sont distancés. Dans le cabinet de Ramadier en janvier 1947, il occupe le poste de vice-président du Conseil qu’il abandonne en octobre 1947 pour devenir ministre des Forces armées sous la présidence de Robert Schuman durant neuf mois. André Marie l’appelle à la vice-présidence du Conseil le 30 juillet 1948 et il y demeure jusqu’au 5 septembre. Il siège encore comme ministre d’Etat chargé de l’information dans le cabinet Bidault du 28 octobre 1949 au 2 juillet 1950. Durant cette législature, il dépose 29 projets de loi portant sur la composition et le fonctionnement du Conseil économique, sur le statut général et la rémunération des fonctionnaires, sur le droit de grève en juin 1947. Dans ses fonctions à la défense, il rend hommage au général Leclerc, gère l’appel des classes de 1948, intègre les cadres de l’armée dans l’organisation générale de la Sécurité sociale, et défend le statut de la SNECMA en juin 1948. Sur le plan médiatique, il met en place un conseil supérieur de la presse et une autre instance de ce type pour les journalistes en juin 1950. Redevenu député, il dénonce « le joug que fait peser sur l’Europe l’URSS » en février 1949 et soutient le projet de loi portant ratification du Pacte atlantique le 25 juillet 1949. Il défend en 1951 le projet d’une faculté de médecine à Rennes. Réélu le 17 juin 1951 grâce aux 73 053 voix avec un colistier, il est choisi comme vice-président du Conseil dans le cabinet Laniel chargé de la réforme administrative de juin 1953 à juin 1954, devient ministre de la France d’outre-mer de février 1955 à janvier 1956 dans le cabinet Edgar Faure. Il propose « une solution originale » facilitant un partage entre la gestion métropolitaine de certains domaines et l’autonomie sur des questions « strictement territoriales ». Membre de la Commission de la défense nationale, de celle de la justice, il est élu pour représenter la France au sein de la CECA le 8 juillet 1954. Il dépose sept projets de lois portant sur les territoires d’outre-mer. En qualité de député, il prend part au débat sur l’investiture de René Pleven le 8 août 1951, sur la loi Barangé en septembre 1951. Il prend la défense de l’armée européenne le 13 février 1952. Après l’échec du projet de la CED, le 30 août 1954, il revient, à propos des accords de Londres, sur « l’occasion manquée d’enchaîner définitivement l’Allemagne à l’Occident » et dénonce la « neutralité » inadmissible et anticonstitutionnelle du Gouvernement. En 1956, sa liste rassemble 65 598 suffrages et conserve deux élus. Il intervient dans le projet de loi-cadre concernant les TOM et défend la liberté de l’enseignement. Vice-président de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe en 1954, il défend au Palais-Bourbon les avantages du Marché commun en janvier 1957. Conscient du « discrédit des institutions devant l’opinion », il souhaite une révision constitutionnelle, mais demande le 2 juin 1958, une définition du champ d’application des pleins pouvoirs octroyés au général de Gaulle auquel il s’est rallié la veille. Il est présent au sein du comité consultatif constitutionnel le 22 juillet 1958. Egalement conseiller général de Fougères Nord de 1951 à 1958, il est choisi comme juge à la Cour suprême des droits de l’Homme de novembre 1977 à 1982. Lieutenant-colonel de réserve, il est commandeur de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, croix de guerre 1939-1945. Administrateur du journal Ouest-France, il a écrit un Cours de droit institutionnel des Communautés européennes, et fait paraître un ouvrage Faites entrer le témoin suivant, aux Editions Ouest-France. Après avoir cessé ses activités politiques à la disparition du MRP, il poursuit sa carrière universitaire à Paris I où il enseigne depuis 1961 et veille à préserver la mémoire et l’histoire du courant démocrate chrétien. Sources : Renseignements fournis par le service des Archives de l’Assemblée Nationale, extrait du Service de Documentation. Documentation « paul dehème ». « Le MRP vous parle ! » Bulletin de liaison de l’amicale du MRP, n° 70, juillet-octobre 1996, p. 3. J.-C. Delbreil, Centrisme et Démocratie chrétienne en France. Le Parti Démocrate Populaire des origines au MRP, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990.

Retour haut de page