Paul, Emile, Michel Theeten

1918 - 1975

Informations générales
  • Né le 23 janvier 1918 à Berck-plage (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 15 avril 1975 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Nord
Groupe
Républicains indépendants

Biographies

Biographie de la IVe République

THEETEN (Paul, Emile, Michel) Né le 18 janvier 1918 à Berck-Plage (Pas-de-Calais) Décédé le 15 avril 1975 à Paris (15ème) Député du Nord de 1946 à 1951 A la fin de ses études au collège Saint-Jude à Armentières, durant lesquelles il fait partie d’une troupe de scouts, il obtient le baccalauréat puis, et passe le diplôme de la London School of Economics. Négociant en combustibles comme ses ancêtres, il donne à l’entreprise une ouverture internationale. Mobilisé et affecté en Tunisie, dès le 18 juin 1940, il part à Londres. Il est le premier secrétaire du général de Gaulle et s’inscrit dans les FFL de la marine. Présent en AEF de septembre 1940 à octobre 1943 puis en AOF au début de 1944, il parvient en Italie en juillet 1944 puis, du mois d’août suivant à juillet 1945, il fait la campagne d’Allemagne avant de terminer son périple militaire à nouveau en Tunisie en octobre 1945. Marié, ce père d’un enfant retrouve ses activités commerciales et participe à la mise en place dans le Nord de l’Union gaulliste fondée par René Capitant après le discours de Bayeux en juin 1946, en tant que président départemental. En novembre 1946, il parvient à se faire élire député dans la 2ème circonscription de Lille comme second sur la liste de l’Union des républicains et de rassemblement gaulliste qui est conduite par Louis Christiaens, chef de file des Indépendants. La liste, avec 94 657 suffrages arrive en 4ème position derrière celle du MRP conduite par Maurice Schumann qui rassemble 131 095 voix et obtient 3 sièges, celle de la SFIO d’Augustin Laurent avec 113 298 et trois élus, celle du PCF rassemblant 110 254 et deux élus. En 1947, Paul Theeten décide logiquement de s’inscrire au RPF. A l’Assemblée, il fait partie de plusieurs commissions, celle des territoires d’outre-mer, de la reconstruction et des dommages de guerre en 1948, du travail et de la sécurité sociale en 1949 et 1951, des boissons en 1949, des affaires économiques en 1950, des pensions en 1951. Désigné par la Commission des territoires d’outre-mer en 1947 puis en 1949 pour représenter l’Assemblée dans le comité de gestion des fonds d’investissement pour le développement puis dans le Conseil de surveillance de la Caisse centrale de la France des territoires de la France d’outre-mer, il est également élu vice-président suppléant de la Haute Cour de justice en 1947. Son activité parlementaire porte sur la politique conduite dans les territoires d’outre-mer, sur les questions de l’Union française. Il est également présent dans les débats portant sur le statut des anciens combattants et victimes de guerre mais aussi lors du vote du budget des armées. Il s’intéresse aux questions économiques telles que des réductions fiscales, le statut d’entreprises nationalisées comme la SNECMA. Il propose, en 1947, une réduction provisoire de la durée du travail à 40 h et intervient lors du vote du projet de loi sur les conventions collectives et le règlement des conflits du travail, au sujet du mode d’élections des conseils d’administration de la sécurité sociale. Sa défense de la région passe par des demandes de prise en compte de sinistres à Rosendael, Tourcoing, il insiste sur la construction de l’autoroute Paris-Lille en 1950 et la mise en site classé des vieux moulins à vent des Flandres. En 1951, malgré les 95 261 voix obtenues soit 21 % des suffrages dans la seconde circonscription du Nord, Paul Theeten est battu par l’apparentement SFIO, RGR, MRP et Indépendants et paysans qui récupère ainsi la totalité des sièges. Il est élu au conseil général du Nord de 1955 à 1961. En 1956, il se présente sur la liste d’Union des républicains indépendants et paysans du Nord conduite par Louis Christiaens et qui n’obtient qu’un seul siège. Vice-président de l’Assemblée de l’Union française de 1952 à 1959 et conseiller du commerce extérieur de 1955 à 1961, il est également conseiller municipal d’Armentières de 1950 à 1959. Ayant échoué en 1958 dans la 10ème circonscription du Nord , il est également battu aux législatives de 1962 dans la 1ère circonscription du Pas-de-Calais face à Guy Mollet et, à nouveau, en 1967 et 1968. Déjà membre du bureau de la fédération du Nord des républicains sociaux en novembre 1955, il devient secrétaire fédéral du Pas-de-Calais Sud de l’UNR en 1968, membre du Conseil national de l’UDR et du Comité directeur de l’Association des Français libres. Présent à la Chambre de commerce et d’industrie d’Armentières de 1955 à 1961, il prend la tête de diverses missions d’aide et de coopération auprès de gouvernement africain comme le Niger, le Gabon dans les années soixante. De 1972 à 1975, il devient conseiller du directeur général du Programme des Nations Unies pour le développement. Dès 1968, il est membre du Conseil économique et social pour le développement économique et social des pays autres que la France et de la coopération technique. Ce lieutenant-colonel de réserve est titulaire de la Légion d’honneur et officier de l’Ordre national du mérite, il reçoit la croix de guerre 1939-1945. Il décède subitement à l’âge de 57 ans.

Retour haut de page