Charles, Emile Wickerscheimer

1849 - 1915

Informations générales
  • Né le 22 février 1849 à Handschuheim (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 18 novembre 1915 à Le vésinet (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Aude
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 20 avril 1893 au 14 octobre 1893
Département
Ariège

Biographies

Député de 1885 à 1889, né à Handschuheim (Bas-Rhin) le 22 février 1849, il fut admis à l'Ecole polytechnique, en sortit le 2e en 1870 pour entrer à l'Ecole des mines, puis partit comme volontaire pour la guerre de 1870.

Nommé, à sa sortie de l'Ecole des mines, ingénieur des mines à Carcassonne, il y fit de la politique radicale, fut nommé conseiller municipal, administrateur des hospices, et, porté, aux élections législatives du 4 octobre 1885, sur la liste radicale de l'Aude, fut élu au second tour (18 octobre), le 5e et dernier, par 43,702 voix (74,159 votants, 97,053 inscrits).

Il s'assit à l'extrême gauche, se montra l'adversaire des conventions conclues en 1883 avec les compagnies de chemins de fer, combattit (juin 1886) le projet de surtaxe sur les céréales, vota l'expulsion des princes, et se prononça, dans la dernière session,

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

Membre de la Société de géographie de Toulouse, il a publié, dans le Bulletin de cette Société, d'intéressants travaux de science et de législation minière.


Né le 22 février 1849 à Handschuheim (Bas-Rhin), mort le 18 novembre 1915 au Vésinet (Seine-et-Oise).

Député de l'Aude de 1885 à 1889. Député de Ariège en 1893. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 561.)

Aux élections de 1889, Emile Wickersheimer se représente dans la 2e circonscription de Carcassonne, mais avec 5.884 voix sur 12.648 votants, il doit s'incliner devant Théron, 6.659 voix.

Le 11 février 1893, le décès de Lasbeysses, député de Ariège, donne lieu à une élection partielle du 20 avril suivant dans la circonscription de Pamiers. Wickersheimer se présente et il est élu brillamment par 10.332 suffrages sur 17.174 votants contre 6.819 à Julien Dumas au second tour après avoir obtenu 6.999 sur 15.513 votants au premier.

Il eut tout juste le temps d'intervenir à la Chambre sur le budget de 1894 et au renouvellement général du 10 août suivant, Dumas l'emporte, de peu il est vrai, au second tour, avec 8.858 voix sur 17.815 votants, contre 8.714 à Wickersheimer, soit 144 voix de mieux seulement ; au premier tour Wickersheimer était en tête avec 6.304 voix sur 17.052 suffrages.

Il abandonne désormais la compétition électorale.

Inspecteur général des mines honoraire, Wickersheimer, ancien combattant de 1870, reprend du service en 1914 comme lieutenant-colonel d'artillerie. Il est attaché à l'inspection de la fabrication des munitions, mais il meurt le 18 novembre 1915 au Vésinet à l'âge de 66 ans.

Il était officier de la Légion d'honneur.


Date de mise à jour: mars 2018


Retour haut de page