Irène Laure, Née Guelpa Cichetto

1898 - 1987

Informations générales
  • Né le 18 septembre 1898 à Lausanne (Suisse)
  • Décédé le 4 juillet 1987 à La ciotat (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Née le 18 septembre 1898 à Lausanne (Suisse)
Décédée le 4 juillet 1987 à La Ciotat (Bouches-du-Rhône)

Membre de la première Assemblée nationale constituante (Bouches-du-Rhône)


Née à Lausanne (Suisse) le 18 septembre 1898, Irène Laure devient infirmière. Mère de cinq enfants, elle est par la suite administrateur de l'hôpital d'Aubagne.

Le 21 octobre 1945, elle figure en troisième position sur la liste SFIO - UDSR de Gaston Defferre dans la 1re circonscription des Bouches-du-Rhône où dominent les communistes. La liste socialiste remporte 74 256 des 292 666 suffrages exprimés, ce qui permet de faire élire deux candidats au quotient, et un troisième, Irène Laure, à la plus forte moyenne.

A l'Assemblée nationale Constituante, Irène Laure devient membre de la Commission du travail et de la sécurité sociale, et membre de la Commission de la famille, de la population et de la santé publique. Elle dépose une proposition de résolution, le 13 mars 1946, tendant à inviter le gouvernement à faire intensifier la production des articles de layette. Le 2 décembre 1945, elle se prononce en faveur de la nationalisation du crédit, et le 19 avril 1946, en faveur du premier projet de constitution qui est néanmoins rejeté.

Aux élections du 2 juin 1946 (seconde Assemblée nationale Constituante), Irène Laure conserve sa troisième place sur la liste socialiste, mais celle-ci voit son score s'effriter au profit d'une liste républicaine d'opposition (PRL et indépendants, de tendance gaulliste, menée par Henri-Emmanuel Bergasse) qui obtient un siège ; Irène Laure perd le sien. Cette situation se reproduit le 10 novembre 1946 (premières législatives), la liste socialiste obtenant moins de 50 000 voix, et Henri-Emmanuel Bergasse conservant son mandat.

Irène Laure ne se représente pas par la suite. Elle disparaît le 4 juillet 1987 à La Ciotat.



Retour haut de page