Francine Lefébvre

1908 - 1979

Informations générales
  • Né le 15 mars 1908 à Saint-etienne-des-oullières (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 21 novembre 1979 à Villefranche (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Née le 15 mars 1908 à Saint-Etienne-des-Ouillères (Rhône)
Décédée le 21 novembre 1979 à Villefranche (Rhône)

Membre de la première et de la seconde Assemblée nationale constituante (Seine) Député de la Seine de 1946 à 1958

Francine Lefebvre née Nicolas est née le 15 mars 1908 à Saint-Etienne-des-Ouillères, dans le département du Rhône. Ouvrière dans l'industrie du chocolat, elle fait son entrée dans la vie politique à la fin de la guerre : membre du Comité de Libération du 3e arrondissement de la Seine, elle milite au sein du MRP, dont elle représente l'aile gauche au sein du Bureau de la fédération de la Seine et au sein de la Commission exécutive nationale.

Francine Lefebvre figure à la troisième place sur la liste du MRP dans la 3e circonscription de la Seine, derrière Marc Sangnier et Paul Vemeyras, aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée constituante. Avec 119 472 voix sur 472 773 suffrages exprimés, la liste emporte trois des dix sièges à pourvoir, Francine Lefebvre bénéficiant du système de la répartition des restes à la plus forte moyenne.

Les autres sièges échoient à la liste communiste conduite par Florimond Bonte (quatre élus) et à la liste SFIO emmenée par André Le Troquer (trois élus).

Francine Lefebvre est nommée membre de la Commission du travail et de la sécurité sociale et membre de la Commission des pensions civiles et militaires et des victimes de la guerre et de la répression ; elle siège en outre au sein de la Commission du Conseil supérieur des sociétés de secours mutuel. Son activité parlementaire, intense et éclectique, témoigne d'une forte implication dans la réforme de la législation sociale entreprise par l'Assemblée Constituante dans l'esprit de la Charte du Conseil national de la Résistance (CNR) ; Francine Lefebvre est en particulier l'auteur de plusieurs textes fixant le statut des délégués du personnel au sein des entreprises (proposition de loi du 29 novembre 1945 et rapport du 12 mars 1946 déposé au nom de la Commission du travail et de la sécurité sociale).

Avec ses collègues du groupe MRP, Francine Lefebvre vote en faveur des nationalisations mais s'oppose, le 19 avril 1946, au projet de Constitution de la IVe République ; le texte est de toute façon rejeté par le référendum du 5 mai, ce qui rend nécessaire la convocation d'une seconde Assemblée Constituante.

Ces élections se tiennent le 2 juin. Le MRP y enregistre, dans la 3e circonscription de la Seine, un léger recul, ne retrouvant que deux de ses trois députés sortants. Francine Lefebvre est néanmoins réélue, puisqu'elle était placée cette fois en deuxième position sur la liste, immédiatement derrière Marc Sangnier, après avoir permuté avec l'autre député sortant, Paul Vemeyras.

Francine Lefebvre retrouve la Commission du travail et de la sécurité sociale ; elle siège en outre au sein de la Commission du ravitaillement. Elle dépose notamment deux textes destinés à favoriser le reclassement des fonctionnaires mobilisés, prisonniers de guerre, déportés et internés politiques (11 et 26 juillet 1946) ; elle est par ailleurs l'auteur, le 18 juillet 1946, d'une proposition de résolution tendant à inviter le gouvernement à prendre un décret faisant bénéficier des prestations de la sécurité sociale les conjointes et les veuves de salariés ayant élevé cinq enfants.

Francine Lefebvre approuve le nouveau projet de Constitution voté par l'Assemblée le 28 septembre 1946 et ratifié par référendum le 13 octobre. Elle sollicite de nouveau le renouvellement de son mandat lors des élections législatives du 10 novembre, toujours en deuxième position derrière Marc Sangnier ; ce sont cette fois onze sièges, et non plus dix, qui sont à pourvoir. Avec 94 493 voix sur 462 777 suffrages exprimés, la liste MRP retrouve ses trois élus ; dans le même temps, la liste communiste consolide ses positions, emportant cinq des onze sièges à pourvoir.

Elue vice-présidente du groupe parlementaire MRP, Francine Lefebvre siège à la Commission du travail et de la sécurité sociale (1946-1951), à la Commission du suffrage universel, du règlement et des pétitions (1948), à la Commission de l'intérieur (1949, 1950), à la Commission des immunités parlementaires (1949) et à la Commission des territoires d'outre-mer (1951) ; celle-ci la désigne pour faire partie de la sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la mise en œuvre de la convention de coopération économique européenne et du programme de relèvement européen. Elle est enfin nommé juré à la Haute Cour de Justice.

Au cours de la législature, Francine Lefebvre dépose une impressionnante série de propositions de loi et de propositions de résolution ; un grand nombre de domaines de l'action publique y sont abordés, depuis la législation sociale jusqu'à l'éducation nationale, en passant par l'agriculture, le logement ou l'information. Le 18 juillet 1947, elle appelle le ministre du travail du gouvernement Ramadier, Daniel Mayer, à faire preuve de plus de fermeté face aux grèves orchestrées par le Parti communiste : il s'agit, dit-elle, « non de réglementer le droit de grève, mais de le démocratiser ». En effet, poursuit-elle, « si nous sommes d'accord pour engager les employeurs à écouter la voix des délégations ouvrières, il faut aussi faire en sorte qu'au sein de la classe ouvrière, toutes les tendances puissent, par un vote libre, s'exprimer dans le respect de cette démocratie sociale que nous voulons tous instaurer ».

A l'occasion des principaux votes de la législature, Francine Lefebvre se prononce en faveur de l'investiture de Léon Blum (17 décembre 1946) et de Paul Ramadier (4 mai 1947) à la Présidence du Conseil ; elle s'oppose à la nationalisation des écoles des houillères (15 mai 1948), mais soutient la ratification du plan Marshall (7 juillet), la création du Conseil de l'Europe (9 juillet 1949) et celle du pacte Atlantique (26 juillet). Elle vote enfin pour la loi instituant le système électoral des apparentements (7 mai 1951).

Candidate au renouvellement de son mandat aux élections législatives du 17 juin 1951, Francine Lefebvre figure cette fois en première position sur la liste du MRP. Dans ses engagements électoraux, elle met en garde les électeurs de sa circonscription contre l'« aventure » que représenterait l'arrivée au pouvoir d'un « homme à poigne » - autrement dit, du général de Gaulle. La liste MRP, qui ne bénéficie plus de la notoriété de Marc Sangnier, est en très net recul, ne recueillant plus que 29 284 voix sur 417 527 suffrages exprimés ; Francine Lefebvre en est donc la seule élue. Le Parti communiste est lui aussi en repli, ne retrouvant que quatre de ses cinq députés sortants. Ces mouvements électoraux profitent aux candidats indépendants Jean-Louis Vigier et Pierre Guérard, et au candidat gaulliste Christian Fouchet.

Francine Lefebvre retrouve la Commission du suffrage universel, du règlement et des pétitions et la Commission du travail et de la sécurité sociale ; elle est en outre désignée par celle-ci pour représenter l'Assemblée nationale au sein de la Commission supérieure des conflits d'entreprises, et pour faire partie de la Commission de coordination chargée des questions relatives à la CECA. Parmi les très nombreux textes qu'elle dépose, on peut citer une proposition de loi, déposée le 11 avril 1951, tendant à instituer l'élection de « délégués des jeunes » dans les entreprises ; cette nouvelle catégorie de représentants du personnel serait mieux à même, lit-on dans l'exposé des motifs du texte, de prendre en considération les problèmes spécifiques qui se posent aux jeunes qui, âgés de moins de dix-huit ans, ne peuvent pas participer aux élections des délégués du personnel.

Le 26 juin 1952, Francine Lefebvre dépose un rapport au nom de la Commission du travail et de la sécurité sociale sur le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier la convention établie par le Bureau International du Travail sur l'égalité de rémunération entre hommes et femmes pour un travail ; c'est pour elle l'occasion de constater que « s'il existe encore une différence entre les salaires effectifs des hommes et des femmes, cette différence provient du fait que les salaires effectifs des hommes dépassent les salaires minima dans une plus forte proportion que les salaires effectifs des femmes ».

Au cours de la législature, Francine Lefebvre se prononce en faveur de l'adoption de la loi Barangé-Marie sur l'école (21 septembre 1951) et de la création de la CECA (13 décembre). Elle vote la confiance à Antoine Pinay (6 mars 1952) et à Joseph Laniel (26 juin 1953), vote pour l'ordre du jour gouvernemental à la suite des interpellations sur l'Indochine (12 juin 1954) et choisit de s'abstenir volontairement le jour de l'investiture de Pierre Mendès France à la Présidence du Conseil (17 juin). Francine Lefebvre vote contre la question préalable opposée à la discussion du projet de ratification du traité de Paris (30 août ; le vote aboutit au rejet de la CED), et contre la question de confiance à Pierre Mendès France (4 février 1955). Elle accorde en revanche son soutien à Edgar Faure lors du vote d'investiture de celui-ci à la Présidence du Conseil (23 février).

Francine Lefebvre conduit de nouveau la liste du MRP aux élections législatives du 2 janvier 1956 dans la troisième circonscription de Paris. Avec 25 595 voix sur 496 495 suffrages exprimés, la liste n'obtient qu'un élu. Les positions du Parti communiste sont stables, avec quatre élus, de même que celles de la SFIO, avec un élu (André Le Troquer). Dispersés, les radicaux emportent néanmoins trois sièges, et les indépendants, un.

Francine Lefebvre siège de nouveau au sein de la Commission du suffrage universel, des lois constitutionnelles, du règlement et des pétitions. Elle retrouve en outre la Commission du travail et de la sécurité sociale, dont elle est cette fois élue présidente. Francine Lefebvre continue à suivre de près l'évolution de la législation sociale ; elle dépose ainsi, le 21 novembre 1956, une proposition de loi tendant à protéger les membres des comités d'entreprise contre les licenciements abusifs dont ils sont l'objet de la part de leurs employeurs.

Au cours de la discussion sur le projet de loi sur les institutions d'Algérie, Francine Lefebvre s'emploie à modifier le texte présenté à l'Assemblée en conférant le droit de vote aux femmes musulmanes : le texte du gouvernement garantit « l'égale jouissance de toutes les libertés et de tous les droits politiques, économiques et sociaux », mais, fait-elle alors valoir, « comment pourra-t-on prétendre qu'il n'y a aucune distinction de race et de religion, lorsqu'on verra la femme d'origine européenne exercer le droit de vote, alors que la femme musulmane, parce qu'elle est d'une autre race, parce qu'elle est d'une autre religion, ne l'exercera pas ? ». Francine Lefebvre revient sur la question le 28 janvier 1958 : au ministre de l'Algérie, Robert Lacoste, qui invoque les difficultés qu'il rencontre pour légiférer sur ce thème en raison du « statut de la femme dans les sociétés musulmanes », elle rétorque que la lecture du Coran, à laquelle elle s'est astreinte, lui a enseignée que « le Prophète n'a jamais interdit aux femmes musulmanes l'exercice du droit de vote », et que son argument relève par conséquent du faux-fuyant.

Au cours de la législature, Francine Lefebvre vote la confiance au gouvernement de Guy Mollet (25 octobre 1956) ; elle soutient la ratification des traités instituant la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l'énergie atomique (9 juillet 1957), choisit de s'abstenir volontairement le jour du vote sur le projet de loi relatif aux pouvoirs spéciaux en Algérie (12 novembre), et soutient l'investiture de Pierre Pflimlin (13 mai 1958). Elle vote l'état d'urgence (16 mai) et la révision de la Constitution (27 mai), puis s'oppose à l'investiture du général de Gaulle (1er juin). Le 2 juin, elle refuse de voter le projet de loi relatif aux pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle.

Candidate au renouvellement de son mandat aux élections de novembre 1958 dans la 10e circonscription de la Seine (partie du 11e arrondissement de Paris), Francine Lefebvre fait les frais de l'avènement du nouveau système majoritaire. Se présentant aux élections législatives de 1962, mais cette fois dans la 9e circonscription correspondant à l'autre partie du 11e, elle échoue de nouveau, face à André Fanton. Après un autre échec aux élections législatives de 1967 dans la 2e circonscription de la Seine (2e et 3e arrondissements de Paris), face à Jacques Dominati, elle cesse de se présenter aux différents scrutins, et abandonne toute activité politique.

Francine Lefebvre décède le 21 novembre 1979 à Villefranche, dans le département du Rhône.



Retour haut de page