Philippe Livry-Level

1898 - 1960

Informations générales
  • Né le 16 juin 1898 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 14 décembre 1960 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Calvados
Groupe
Mouvement républicain populaire
Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 10 novembre 1946 au 4 juillet 1951
Département
Calvados
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 16 juin 1898 à Paris
Décédé le 14 décembre 1960 à Paris

Membre de la première Assemblée nationale constituante (Calvados)
Député du Calvados de 1946 à 1951

Châtelain normand, Philippe Level exploite le vase domaine qu'il possède à Andrieu (Calvados). En 1920, il s'est marié avec Nicole Saillard du Bois Bertre (née en 1893 et veuve du compte Servin). Cinq enfants sont nés de cette union (entre 1920 et 1934). Philippe Level participe à la guerre comme capitaine d'artillerie, puis s'engage dans la RAF. Parmi ses missions de bombardement, on peut signaler l'opération Jéricho contre la prison d'Amiens en février 1944. Il est fait compagnon de la Libération. En 1945, il est élu maire d'Andrieu et conseiller général du canton de Tilly-sur-Seulles.

Sous le nom de Livry-Level, il se présente aux élections à la première constituante, troisième de la liste MRP conduite par Jean Louvel. La liste recueille 83 328 voix sur 169 167 suffrages exprimés et obtient trois élus (Louvel, Lemarchand, Livry-Level). Lieutenant-colonel de réserve (aviation), ce dernier est nommé à la commission de la défense nationale. Il fait partie de la commission parlementaire chargée d'enquêter dans les zones d'occupation française d'Allemagne et d'Autriche. Le 12 avril 1946, il dépose une proposition de loi tendant à l'intégration dans l'armée active d'une certaine catégorie d'officiers de réserve. Comme d'autres députés MRP, il intervient dans le débat sur la nationalisation des compagnies d'assurances pour demander qu'on limite le nombre d'entreprises nationalisées et qu'on préfère un système mutualiste à l'étatisation. Il est battu aux élections de juin 1946. En août 1946, il devient membre du Conseil national de l'Union gaulliste pour la IVe République, le mouvement que vient de fonder René Capitant. Livry-Level se présente au scrutin de novembre 1946. Cette fois-ci, il est deuxième de la liste MRP toujours conduite par Louvel. Tous deux sont élus, la liste ayant obtenu 66 646 voix. Livry-Level va siéger aux commissions suivantes : défense nationale, moyens de communication, reconstruction et dommages de guerre, affaires économiques, moyens de communication et tourisme. Le 30 octobre 1947, il est un des rares députés MRP à ne pas voter la confiance au gouvernement Ramadier (il s'abstient comme Paul Coste-Floret). Le 15 juin 1948, il dépose une proposition de loi tendant à faire bénéficier les femmes mariées depuis plus de deux ans et ayant dépassé 25 ans d'âge de la prime à la première naissance. Le 4 août 1948, il dépose une proposition de loi portant interdiction de se servir d'aucun extrait des débats du Parlement publié au Journal officiel dans un but publicitaire ou commercial. Le 21 janvier 1949, il dépose deux propositions de loi : l'une tendant à renforcer les peines contre les détenteurs d'armes ; l'autre portant sur la répression des attaques à main armée et des enlèvements. Le 25 avril 1950, il dépose une proposition de résolution invitant le gouvernement à mettre en liberté surveillée Philippe Pétain. A plusieurs reprises, Livry-Level intervient sur le statut d'Air France. Le 25 avril 1950, il dépose une proposition de loi portant statut du personnel navigant de l'aéronautique civile. Livry-Level s'associe régulièrement aux démarches de parlementaires demandant au gouvernement de faire appliquer strictement le code de la route.

Comme Michelet ou Terrenoire, Livry-Level est un de ces républicains populaires sensibles à l'attrait du RPF. Sommé par la direction de son parti de choisir entre celui-ci et l'intergroupe gaulliste, à l'automne 1947 il abandonne le MRP. Aux législatives de juin 1951, il entend diriger la liste RPF du Calvados. Ses ambitions se heurtent à celles de Raymond Triboulet qui, élu en novembre 1946 sur la liste Laniel, est également passé au gaullisme. Les instances nationales du RPF ayant tranché en faveur de Triboulet, c'est sur la liste de Joseph Laniel (Union des indépendants, des paysans et des républicains nationaux) que se présente Livry-Level. La liste est apparentée à celle du MRP et à la liste RGR-UDSR. Ce groupement n'obtient pas la majorité absolue. Avec 15,8 % des suffrages exprimés, la liste UIPRN n'a droit qu'à un siège. Seul Laniel est élu. Il a recueilli 36 257 voix et Livry-Level, son second, 32 508. En 1951, Livry-Level abandonne aussi son mandat de conseiller général. Mais il demeure maire d'Andrieu jusqu'à sa mort. Il est l'auteur d'un ouvrage intitulé Mes missions dans la RAF.



Retour haut de page