Guillaume, Amédée Devade

1818 - 1888

Informations générales
  • Né le 11 janvier 1818 à Saint-martin-sur-vère (Loiret - France)
  • Décédé le 21 avril 1888 à Gien (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Loiret
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Loiret
Groupe
Union démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Loiret
Groupe
Union démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 21 avril 1888
Département
Loiret
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1888, né à Saint-Martin-sur-Ocre, (Loiret) le 11 janvier 1818 mort à Gien (Loiret) le 21 avril 1888, il était docteur-médecin à Gien.

Nommé médecin en chef de l'hôpital de Gien en 1847, il fut révoqué de ces fonctions après le coup d'Etat de décembre 1851, à cause de ses opinions républicaines. Conseiller municipal de Gien depuis 1860, il appartint, pendant la guerre de 1870-1871, aux ambulances de l'armée de la Loire, et fut décoré de ce chef à la fin de la campagne.

Conseiller d'arrondissement en 1874, il fut élu, le 20 février 1876, député de l'arrondissement de Gien, par 6,494 voix sur 11,413 votants et 14,592 inscrits, contre 4,860 voix à M. Despond, candidat constitutionnel. Il siégea à la gauche républicaine, combattit le cabinet de Broglie et fut des 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, après la dissolution de la Chambre, par 8,268 voix sur 12,652 votants et 15,342 inscrits, contre 4,330 voix à M. de Chasseval, candidat du gouvernement du 16 mai, il reprit sa place à gauche, soutint les ministres républicains au pouvoir, vota contre la proposition Raspail sur l'amnistie, et pour la proposition Gatineau, et fut réélu, le 21 août 1881, par 7,941 voix sur 9,468 votants et 15,849 inscrits.

Il vota l'expulsion des princes, et, porté, le 4 octobre 1885, sur la liste républicaine du Loiret, fut réélu, le 2e sur 6, par 48,578 voix sur 83,675 votants et 102,589 inscrits. Il mourut avant la fin de la législature.


Retour haut de page