Louis, André Ganne

1815 - 1886

Informations générales
  • Né le 26 février 1815 à Secondigny (Deux-Sèvres - France)
  • Décédé le 17 janvier 1886 à Versailles (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 4 septembre 1881 au 14 octobre 1885
Département
Deux-Sèvres
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 17 janvier 1886
Département
Deux-Sèvres
Groupe
Républicain modéré

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1877 à 1886, né à Secondigny (Deux-Sèvres) le 26 février 1815, mort à Versailles (Seine-et-Oise) le 17 janvier 1886, il fit ses études à Poitiers, fut reçu docteur-médecin à Paris en 1836, et vint exercer sa profession à Parthenay (Deux-Sèvres).

Il fit de l'opposition libérale au gouvernement de Louis-Philippe, fut nommé, en 1848, par le gouvernement provisoire, sous-commissaire de la République à Parthenay, fut expulsé de cette ville au coup d'Etat de 1851, mais pour peu de temps, puis se rallia au fait accompli, et devint conseiller municipal, maire de la ville (1864) et conseiller d'arrondissement.

Le fait accompli ne le toucha pas moins à la chute de l'Empire, et M. Ganne, revenu à la République, fut élu conseiller général des Deux-Sèvres le 8 octobre 1871, et se présenta, comme candidat républicain, aux élections législatives du 20 février 1876, dans l'arrondissement de Parthenay; il échoua avec 6,085 voix contre 8,806 au candidat bonapartiste élu, le général N. Allard.

Mais après la dissolution de la Chambre par le cabinet du 16 mai, les élections du 14 octobre 1877 donnèrent à M. Ganne, au second tour, 8,408 voix sur 16,761 votants et 21,018 inscrits, contre 8,176 à M. Taudière, candidat du gouvernement. M. Ganne, élu, siégea à la gauche opportuniste, et, tout en votant avec les républicains, conserva une certaine indépendance en se prononçant, par exemple (1879), contre la mise en accusation des ministres du 16 mai.

Réélu, le 21 août 1881, par 9,217 voix sur 16,666 votants et 21,606 inscrits, contre 7,289 voix à M. Taudière, M. Ganne soutint les ministres au pouvoir sur les questions scolaires, religieuses et coloniales, mais se prononça contre la suspension de l'inamovibilité de la magistrature, contre le divorce et pour l'amnistie plénière (proposition Raspail).

Porté, aux élections du 4 octobre 1885, sur la liste de concentration républicaine des Deux-Sèvres, il fut élu au second tour (18 octobre), le 4e sur 5, par 44,742 voix sur 88,018 votants et 104,546 inscrits. Il était déjà assez gravement malade pour ne plus pouvoir prendre part aux travaux parlementaires; il mourut, en effet, trois mois après.

M. Ganne fut mêlé, comme médecin légiste, au mystérieux drame de la Meilleraye (Deux-Sèvres) (affaire Tessier). Officier de l'Instruction publique.

Retour haut de page