Adolphe, Charles de Partz de Pressy

1819 - 1910

Informations générales
  • Né le 3 juillet 1819 à Equirre (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 1er juin 1910 à Equirre (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites

Biographies

Représentant en 1871, député de 1876 à 1881 et de 1885 à 1889, né à Equirre (Pas-de-Calais) le 3 juillet 1819, riche propriétaire du département, il se présenta pour la première fois, comme candidat monarchiste indépendant, aux élections du 24 mai 1869 pour le corps législatif, dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais; il échoua avec 7,828 voix contre 11,110 données à l'élu officiel, M. Mathieu.

Après la chute de l'Empire, M. de Partz de Pressy fut porté sur la liste conservatrice, dans le Pas-de-Calais, et élu, le 8 février 1871, représentant de ce département à l'assemblée nationale, le 3e sur 15, par 141,029 voix (149,532 votants, 206,432 inscrits). Il prit place à droite, parmi les légitimistes, fit partie du cercle des Réservoirs, signa la proposition tendant au rétablissement de la monarchie, et vota :

- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- contre le retour de l'Assemblée à Paris,
- pour le pouvoir constituant,
- pour le septennat,
- pour l'état de siège,
- pour la loi des maires,
- contre le ministère de Broglie,
- contre l'amendement Wallon
- et contre l'ensemble des lois constitutionnelles.

Conseiller général du Pas-de-Calais pour le canton d'Heuchin, il refusa, en 1876, la candidature au Sénat, et se présenta avec succès aux élections législatives du 20 février, qui le firent député de l'arrondissement de Saint-Pol, par 9,003 voix (17,974 votants, 22,464 inscrits), contre 6,884 au bonapartiste, M. Thuillier. Il siégea dans la minorité conservatrice, fut, à la suite de l'acte du 16 mai 1877, au nombre des députés qui appuyèrent la politique du cabinet de Broglie, et, candidat ofticiel du gouvernement après la dissolution, il obtint sa réélection le 14 octobre 1877, par 10,627 voix (19,955 votants, 22,565 inscrits), contre 7,195 à M. Graux et 2,057 à M. Thuillier.

M. de Partz de Pressy combattit le ministère Dufaure, vota contre l'article 7, contre les lois sur l'enseignement, contre le retour du parlement à Paris, contre l'amnistie, etc., et échoua au renouvellement du 21 août 1881, avec 8,595 voix contre 10,687 à l'élu républicain, M. Graux.

Il rentra, grâce au scrutin de liste, dans la vie parlementaire; ayant été porté, le 4 octobre 1885, sur la liste monarchiste du Pas-de-Calais, il fut élu député, le 10e sur 12, par 101,030 voix (180,439 votants, 216,227 inscrits). Il se prononça, dans la législature, contre les divers ministères qui se succédèrent au pouvoir, contre la nouvelle loi militaire, contre la loi sur l'enseignement primaire, et, dans la dernière session, contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889), pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution, contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes, contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, contre les poursuites contre le général Boulanger.


Né le 3 juillet 1819 à Equirre (Pas-de-Calais), mort le 1er juin 1910 à Equirre.

Représentant du Pas-de-Calais à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1876.

Député du Pas-de-Calais de 1876 à 1881 et de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 554.)

Le marquis de Partz qui était opposé au scrutin d'arrondissement ne se représenta pas en 1889. Il abandonna dès lors la politique, cessant la même année de siéger au Conseil général où il représentait le canton d'Heuchin depuis vingt-deux ans.

Il mourut nonagénaire le 1er juin 1910, à Equirre.


Retour haut de page