Alfred, Henri Chéneau

1845 - 1909

Informations générales
  • Né le 2 mai 1845 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 22 septembre 1909 à Arcueil-cachan (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 4 septembre 1881 au 14 octobre 1885
Département
Cher
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1881 à 1885, né à Paris, le 2 mai 1845, il se trouva, de bonne heure, possesseur d'une certaine fortune qu'il tenait, de même que sir Richard Wallace, d'une libéralité du célèbre lord Seymour.
Il passait plusieurs mois de l'année dans son château de Brécy, près Bourges, et occupait une partie de ses loisirs à des essais de composition musicale.

Il devint maire de la commune de Brécy et conseiller général du Cher pour le canton des Aix-d'Angillon;
il s'était présenté comme républicain. La faveur de M. Henri Brisson fit choisir M. Cheneau comme secrétaire par la majorité du Conseil, puis lui valut la décoration de la Légion d'honneur (13 juillet 1881).

Aux élections législatives du 21 août 1881, il fut, contre M. le prince d'Arenberg député conservateur sortant, et surtout contre M. Eugène Brisson maire de Bourges, le candidat désigné par M. Henri Brisson aux suffrages de la 1re circonscription de Bourges. Le premier tour de scrutin donna la majorité relative au prince d'Arenberg; les deux candidats républicains, de nuance opportuniste l'un et l'autre, se partageaient le reste des suffrages; M. Eugène Brisson, qui arrivait en troisième ligne, se retira de la lutte avant le ballottage, et laissa ainsi le champ libre à M. Cheneau, qui fut élu député, le 4 septembre 1881, par 8,316 voix (16,360 votants, 21,320 inscrits), contre 7,886 à M. d'Arenberg.

Il alla siéger à gauche et contribua, sous l'inspiration de son protecteur, M. H. Brisson, à la fondation du nouveau groupe de la gauche radicale. Il ne parut d'ailleurs jamais à la tribune, se montra même assez rarement aux séances de la Chambre, et se borna, quand il y vint, à voter régulièrement avec les opportunistes:

- contre la séparation de l'Eglise et de l'Etat,
- contre l'élection de la magistrature,
- contre la révision de la constitution,
- pour les crédits du Tonkin, etc.

M. Henri Cheneau ne se représenta pas aux élections de 1885 pour le renouvellement de la Chambre des députés: il avait déjà cessé de faire partie du Conseil général du Cher. Il est décédé à Arcueil-Cachan (Seine) le 22 septembre 1909.

Date de mise à jour: janvier 2018