Eugène, Alexandre Parry

1822 - 1900

Informations générales
  • Né le 2 mai 1822 à Saint-julien-le-chatel (Creuse - France)
  • Décédé le 6 décembre 1900 à Gouzon (Creuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Creuse
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Creuse
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 5 février 1885
Département
Creuse
Groupe
Gauche républicaine

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 25 janvier 1885 au 6 janvier 1894

Biographies

Député de 1876 à 1885, membre du Sénat, né à Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) le 2 mai 1822, agriculteur, propriétaire, maire de Parsac (Creuse) (1871), révoqué après le 24 mai 1873, membre, pour le canton de Jarnages, et vice-président du conseil général de la Creuse, il fut élu, le 20 février 1876, sur un programme nettement dévoué à la Constitution de 1875, député de l'arrondissement de Boussac, par 5,641 voix (8,628 votants,10,531 inscrits), contre 2,473 à M. Lezaud et 501 à M. Desaincthorent; il prit place à la gauche républicaine et fut l'un des 363 députés qui refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Réélu après la dissolution de la Chambre, le 14 octobre 1877, par 5,739 voix (8,113 votants, 10,927 inscrits), contre 2,348 à M. Desfossés-Lagravière, il combattit les dernières tentatives de résistance des ministres du 16 mai, soutint le cabinet Dufaure qui les remplaça, fit partie de la commission de la loi sur l'instruction primaire, et vit son mandat renouvelé, le 21 août 1881, par 4,589 voix (6,755 votants, 11,224 inscrits), contre 2,046 à M. Cousset, radical.

Il continua de siéger à gauche, soutint la politique scolaire et coloniale du gouvernement, et fut élu aux élections triennales du 25 janvier 1885, sénateur de la Creuse, par 455 voix (616 votants). M. Parry a appuyé de ses votes, à la Chambre haute, les ministères opportunistes, a voté l'expulsion des princes, et s'est prononcé, en dernier lieu,

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889),
- pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour la procédure à suivre devant le Sénat contre le général Boulanger.

Date de mise à jour: décembre 2017


Né le 2 mai 1822 à Saint Julien le Châtel (Creuse), mort le 6 décembre 1900 à Gouzon (Creuse).

Député de la Creuse de 1876 à 1884.
Sénateur de la Creuse de 1885 à 1893.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 552.)

Comme il le disait lui-même, Eugène Parry n'abusait pas de la tribune. Ses collègues lui confiaient en 1893 la présidence de la première commission d'initiative parlementaire, mais il faut bien considérer que ce fut là l'essentiel de son activité sénatoriale au cours de ses cinq dernières années de mandat. Agé de 71 ans, il ne se représenta pas au renouvellement triennal du 7 janvier 1894.

Il avait été, jusqu'en 1871, conseiller général du canton de Jarnages et vice-président de l'assemblée départementale. Retiré à Goujon, dans sa Creuse natale, il y mourut le 6 décembre 1900, dans sa soixante-dix-neuvième année.


Retour haut de page