Hippolyte Caurant

1839 - 1923

Informations générales
  • Né le 22 octobre 1839 à Le faou (Finistère - France)
  • Décédé le 17 décembre 1923 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 31 octobre 1880 au 14 octobre 1881
Département
Finistère
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Finistère
Groupe
Centre gauche

Biographies

Député de 1880 à 1885, né au Faou (Finistère), le 22 octobre 1839, il étudia le droit, entra dans l'administration, devint conseiller de préfecture, puis secrétaire général du Cher.

Le 31 octobre 1880, le décès de M. de Pompéry ayant déterminé une vacance dans la 1re circonscription de Châteaulin (Finistère), M. Caurant se présenta, comme candidat républicain très modéré, et fut élu par 6,038 voix (6,295 votants, 15,345 inscrits). Il prit place à la gauche modérée et vota jusqu'à la fin de la législature avec la majorité opportuniste.

Il fut réélu par le même collège, le 21 août 1881, avec 5,803 voix (10,426 votants, 15,681 inscrits) contre 4,568 voix à M. Guermeur. Dans sa profession de foi, il avait défini la République « un gouvernement de paix, qui ne veut la guerre à aucun prix, et qui n'aura jamais recours aux armes, à moins d'y être contraint par une injuste agression; un gouvernement d'ordre, de travail, qui crée des routes, des chemins de fer, des canaux, des ports, qui dégrève progressivement les impôts. » Il ajouta que la République avait « augmenté le budget des cultes et les traitements des curés. » M. H. Caurant reprit sa place dans la majorité, et, sans paraître à la tribune, opina:

- le 4 mars 1882, contre l'amendement J. Roche sur l'élection du maire de Paris;
- le 7 mars, contre la proposition Boysset tendant à l'abrogation du Concordat;
- le 29 janvier 1883, contre le principe de l'élection de la magistrature;
- le 6 mars, pour l'ordre du jour de confiance au ministère Jules Ferry à propos de la révision.

Il approuva l'expédition du Tonkin, se prononça pour le maintien de l'ambassadeur prés du pape, et contre l'élection des sénateurs par le suffrage universel.

Porté, le 4 octobre 1885, sur la liste républicaine opportuniste du Finistère, M. Caurant échoua avec 56,980 voix, tandis que le dernier élu de la liste conservatrice, M. Lorois, en obtenait 60,932.


Né le 22 octobre 1839 au Faou (Finistère), mort le 17 décembre 1923 à Paris.

Député du Finistère de 1880 à 1885. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 612.)

Il vécut désormais à l'écart de la politique et se fixa à Paris, où il mourut le 17 décembre 1923, âgé de 84 ans.


Retour haut de page