Jules, Benoît Logerotte

1823 - 1884

Informations générales
  • Né le 19 février 1823 à Chalon-sur-saône (Saône-et-Loire - France)
  • Décédé le 9 avril 1884 à Louhans (Saône-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 9 avril 1884
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1884, né à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) le 19 février 1823, mort à Louhans (Saône-et-Loire) le 9 avril 1884, il étudia le droit et fut reçu avocat. Il s'inscrivit au barreau de Louhans et se fit connaître comme républicain.

Propriétaire dans le département, dont il fut conseiller général pour le canton de Cuiseaux (1872-1884), il débuta dans la vie parlementaire lors des élections législatives du 20 février 1876, qui l'envoyèrent à la Chambre, comme député républicain de Louhans, avec 10,915 voix (17,601 votants, 23,616 inscrits), contre 3,640 à M. de Truchys, maire de Lays-sur-le-Doubs, monarchiste. Il siégea au groupe de la gauche républicaine, et fut des 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 12,236 voix (18,732 votants, 24,102 inscrits), contre 6,450 à M. Guillabert, M. Logerotte reprit sa place dans la majorité républicaine, soutint les diverses ministères de gauche, et vota:

- pour l'article 7,
- pour l'amnistie partielle,
- pour les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion, etc.

Partisan de la politique opportuniste, il obtint encore sa réélection, le 21 août 1881, par 10,617 voix (16,781 votants, 24,214 inscrits), contre 6,007 à M. Puvis de Chavanne. monarchiste. Il se prononça dans la législature :

- pour les cabinets Gambetta et J. Ferry,
- contre la séparation de l'Eglise et de l'Etat,
- et pour les crédits de l'expédition du Tonkin.

A la suite de l'interpellation (1882), de M. Jules Delafosse sur la politique du gouvernement français en Egypte, il présenta, de concert avec MM. Sadi Carnot et Langlois, un ordre du jour motivé qui fut adopté par la Chambre. Rapporteur, la même année, du budget des Beaux-arts et du projet de loi relatif à l'isolement et à l'agrandissement des bâtiments de la Bibliothèque nationale, il fut nommé, le 10 août 1882, sous-secrétaire d'Etat au ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts dans le cabinet Duclerc, et se retira en février 1883, lors de la formation du cabinet Jules Ferry.

Il mourut avant la fin de la législature (avril 1884). On a de lui: De Palerme à Turin (1864).


Retour haut de page