Louis, Armand, Léon Peulevey

1815 - 1885

Informations générales
  • Né le 22 février 1815 à Coquainvilliers (Calvados - France)
  • Décédé le 23 juin 1885 à Fontenay-sous-bois (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 7 avril 1878 au 14 octobre 1881
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 23 juin 1885
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Union républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1878 à 1885, né à Coquainvilliers (Calvados) le 22 février 1815, mort à Fontenay-sous-Bois (Seine) le 23 juin 1885, il étudia le droit, s'inscrivit au barreau du Havre, devint, en 1865, conseiller municipal de cette ville, et, après le 4 septembre 1870, fut nommé par le gouvernement de la Défense nationale (6 octobre) procureur-général à Rouen. Il occupa ce poste jusqu'au 24 mars 1871, époque à laquelle il fut remplacé par M. Imgarde de Leffemberg.

Aux élections du 8 février 1871 pour l'Assemblée nationale, M. Peulevey réunit sur une liste républicaine, sans être élu, 22,057 voix (120,899 votants).

Conseiller général d'un des cantons du Havre, il se présenta de nouveau, comme candidat républicain à la Chambre des députés, le 7 avril 1878, dans la 1re circonscription de cet arrondissement, et fut élu par 8,010 voix (11,976 votants, 18,435 inscrits), contre 2,738 à M. Marteau, en remplacement de M. Lecesne décédé.

Il se fit inscrire au groupe de l'Union républicaine, soutint la politique opportuniste, vota pour le retour des Chambres à Paris, pour l'invalidation de l'élection de Blanqui, et obtint sa réélection, le 21 août 1881, par 6,507 voix (13,050 votants, 18,510 inscrits), contre 5,758 à M. Lefebvre.

Il reprit sa place dans la majorité, appuya les ministères Gambetta et Ferry, vota pour les crédits du Tonkin, déposa une proposition de loi sur les responsabilités des accidents dont les ouvriers sont victimes, parla sur les enterrements civils, sur le code de commerce, sur le budget des finances, sur la loi municipale (1883), sur le régime douanier des colonies, sur l'organisation de l'enseignement primaire (1884), sur la marine marchande, et mourut avant la fin de la législature (juin 1885).

Date de mise à jour: septembre 2016