Albert, Pierre de Dalmas

1821 - 1891

Informations générales
  • Né le 10 juin 1821 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 11 juillet 1891 à Pau (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 18 décembre 1859 au 7 mai 1863
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Indépendant
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 25 juin 1877
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Appel au peuple

Biographies

Député au Corps législatif de 1859 à 1870, député de 1876 à 1881, né à Paris, le 10 juin 1821, il appartenait à une ancienne famille de Lorraine.

Son père fut officier de marine et directeur au ministère de la Justice et des Cultes. M. P. A. de Dalmas, ses études de droit terminées, collabora, sous Louis-Philippe, à divers journaux politiques. Attaché en 1849 au ministère des Affaires étrangères, il fut chargé de plusieurs missions, notamment dans l'Amérique du Sud, au Brésil et au Rio de la Plata.

Il gagna la confiance du président L.-N. Bonaparte, par la manière dont il s'acquitta de son rôle diplomatique et par la part active qu'il prit, à son retour en France, aux événements de décembre. Louis-Napoléon le choisit peu après, comme sous-chef de son cabinet. En 1852, au moment du rétablissement de l'Empire, M. de Dalmas devint sous-secrétaire de l'empereur; il garda ces fonctions jusqu'en 1861.

Membre du conseil général d'Ille-et-Vilaine, il fut présenté par le gouvernement comme candidat officiel au Corps législatif, le 18 décembre 1859, en remplacement de M. Leharivel, décédé. L'administration l'appuyait de toute son influence, et le sous-préfet de Fougères avait écrit aux maires de son arrondissement : « Vous aurez sur le bureau de vote des bulletins au nom de M. de Dalmas, et pas d'autres. Il est important que des personnes intelligentes et sûres, munies de bulletins au nom de M. de Dalmas, occupent les abords de la mairie, et protègent les électeurs si bien intentionnés de votre commune contre l'erreur et le mensonge. » Signé: THIL, sous-préfet de Fougères.

M. de Dalmas fut élu député par 25,570 voix (29,438 votants, 39,404 inscrits), contre 2,821 à M. Le Beschu et 996 à M. Dréo, siégea dans la majorité, fit partie de plusieurs commissions importantes et parut assez souvent à la tribune.

Réélu le 1er juin 1863, par 19,008 voix (34,651 votants, 40,028 inscrits), contre 15,507 à M. de Kerdrel, il se sépara du ministère vers la fin de la législature, vota parfois avec le nouveau tiers-parti libéral, et perdit l'appui officiel aux élections du 24 mai 1869. Il n'en fut pas moins élu une troisième fois, par 21,470 voix (34,612 votants, 41,090 inscrits), contre 13,069 à M. Thil, l'ancien sous-préfet de Fougères, devenu candidat officiel du gouvernement.

M. de Dalmas fut un des promoteurs de l'interpellation des 116, appuya l'Empire libéral, vota pour la guerre en 1870, et resta fidèle, après 1870, à la politique bonapartiste. En 1874, il se signala par son zèle à distribuer des photographies de l'ex-prince impérial.

Néanmoins il avait singulièrement atténué l'ardeur de ses sentiments impérialistes dans la profession de foi qui le fit élire, en 1876, au second tour de scrutin, député de l'arrondissement de Fougères, par 9,660 voix (18,166 votants, 21,108 inscrits), contre 8,405 à M. de la Villegontier. M. de Dalmas, élu presque comme républicain, vota le plus souvent avec la minorité conservatrice, mais se rapprocha de la gauche dans les questions où le cléricalisme était en jeu. Cette attitude ne lui permit pas d'obtenir, pendant la période du Seize-Mai, l'appui du ministère de Broglie-Fourtou lors du renouvellement de 1877, bien qu'il eût voté contre les 363.

M. de Dalmas, constructeur du premier chemin de fer départemental établi en France (entre Fougères et Vitré), est l'auteur de quelques écrits politiques. Officier de la Légion d'honneur du 15 mars 1859.


Né le 10 juin 1821 à Paris, mort le 11 juillet 1891, à Pau (Basses-Pyrénées).

Député d'Ille-et-Vilaine de 1876 à 1877. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 245).

Retiré de la vie politique, Pierre de Dalmas mourut à Pau, le 11 juillet 1891, à l'âge de 70 ans. Il était l'auteur d'une étude historique : Le Roi de Naples, sa vie, ses actes, sa politique.