Paul, Alexandre Robert de Massy

1810 - 1890

Informations générales
  • Né le 29 septembre 1810 à Orléans (Loiret - France)
  • Décédé le 16 mars 1890 à Orléans (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Loiret
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 25 juin 1877
Département
Loiret
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 21 janvier 1879
Département
Loiret
Groupe
Centre gauche

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 5 janvier 1879 au 4 janvier 1888

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, député de 1876 à 1879, sénateur de 1879 à 1888, né à Orléans (Loiret) le 29 septembre 1810, mort à Orléans le 16 mars 1890, petit-fils d'un professeur de droit français à Orléans, il se fit recevoir licencié en droit à Paris, et fut inscrit, en 1836, au barreau de sa ville natale, où il conquit une brillante réputation.

Bâtonnier de l'ordre, conseiller municipal en juillet 1848, adjoint au maire (1849-1851), il posa sa candidature d'opposition au Corps législatif dans la 1re circonscription du Loiret, aux élections de 1869, et il échoua, le 24 mai, avec 9,689 voix, contre 21,555 à l'élu, M. Nogent-Saint-Laurens, député sortant.

Elu, le 8 février 1871, représentant du Loiret à l'Assemblée nationale, le 2e sur 7, par 53,700 voix (59,480 votants, 100,578 inscrits), il prit place au centre gauche, dont il devint vice-président, fit partie (août 1874) de la commission de permanence, fut rapporteur du projet tendant à restituer aux princes d'Orléans leurs biens confisqués, protesta, en octobre 1873, par une lettre publiée dans les journaux, contre les tentatives de restauration monarchique, combattit l'amendement Chesnelong à la loi sur l'enseignement supérieur, et vota :

- pour la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- contre la pétition des évêques,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennat,
- contre le ministère de Broglie,
- pour l'amendement Wallon,
- pour les lois constitutionnelles.

Réélu, le 20 février 1876, député de la 1re circonscription d'Orléans, par 7,907 voix (9,724 votants, 18,900 inscrits), contre 832 à M. Vignat, il reprit sa place au centre gauche et fut l'un des 363 députés qui, au 16 mai, refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Les élections du 14 octobre 1877 le renvoyèrent à la Chambre, par 8,402 voix (14,986 votants, 19,846 inscrits), contre 6,433 à M. Vignat; il continua de siéger à gauche et vota avec la majorité républicaine,

Nommé sénateur du Loiret, le 5 janvier 1879, par 301 voix (422 votants), il suivit à la Chambre haute la même ligne politique que précédemment, conclut, comme rapporteur (janvier 1883) du nouveau projet sur le serment judiciaire, au maintien du système en vigueur, et présenta (juillet suivant), lors de la discussion de la loi sur la réforme de la magistrature, un amendement demandant le rétablissement d'une seconde chambre dans les cours où le projet Martin-Feuillée la supprimait (rejeté à égalité de voix, 130 contre 130). Au renouvellement triennal de janvier 1888, M. Robert de Massy ne se représenta pas.

Chevalier de la Légion d'honneur (10 décembre 1850).


Retour haut de page