Armand Le Bourgeois

1815 - 1879

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1815 à Dieppe (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 16 mars 1879 à Versailles (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 28 octobre 1877 au 16 mars 1879
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871 et député de 1876 à 1879, né à Dieppe (Seine-Inférieure) le 22 janvier 1815, mort à Versailles (Seine-et-Oise) le 16 mars 1879, avocat à Dieppe, il fut maire de cette ville sous l'Empire.

Il se présenta, dans la Seine-Inférieure, à l'élection partielle du 2 juillet 1871, pour l'Assemblée nationale, motivée par l'option de quatre représentants pour d'autres départements ; il fut élu, le 2e sur 4, par 60 623 voix (115 759 votants, 206 414 inscrits), prit place au centre droit libéral, refusa, de répondre à ses électeurs qui lui demandaient (octobre 1873) comment il voterait si une proposition de restauration monarchique était présentée à l'Assemblée.

Il vota :
- contre l'amendement Barthe,
- pour l'arrêté sur les enterrements civils,
- pour la prorogation des pouvoirs du maréchal,
- pour l'état de siège,
- pour le ministère de Broglie,
- pour les lois constitutionnelles,
- contre le retour à Paris,
- contre le 24 mai,
- contre la dissolution,
- contre la proposition du centre gauche,
- contre l'amendement Wallon.

Réélu, le 20 février 1876, comme candidat conservateur constitutionnel, dans la 2e circonscription de Dieppe, avec 5 716 voix (11 024 votant, 14 112 inscrits), contre 5 251 à M. Cruzel, il continua de siéger au centre droit, vota :
- contre l'amnistie plénière,
- contre la proposition Gatineau
- et pour le ministère de Broglie contre les 363.

Il fut réélu, le 14 octobre 1877, par 8 098 voix (12 155 votants, 14 362 inscrits), contre 4 015 à M. Desmarets, continua de voter contre les ministères républicains, et mourut en mars 1879.

Il fut remplacé, au mois de juin suivant, par M. Trouard-Riolle.

Retour haut de page