Joachim, Achille Rampon

1805 - 1883

Informations générales
  • Né le 9 juillet 1805 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 11 janvier 1883 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 décembre 1837 au 2 février 1839
Département
Ardèche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Ardèche
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Ardèche
Groupe
Centre gauche

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 11 janvier 1883

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1839 à 1842, représentant en 1871, sénateur de 1876 à 1883, né à Paris le 9 juillet 1805, mort à Paris le 11 janvier 1883, fils du sénateur et pair de France Antoine Guillaume Rampon, il fit ses études au collège Henri IV, sortit de Saint-Cyr sous-lieutenant au 8e chasseurs en 1827, passa lieutenant en 1830, donna sa démission, devint aide-de-camp de La Fayette (1830), puis fut nommé colonel d'état-major de la garde nationale de la Seine, et général sous-chef d'état-major.

Officier de la Légion d'honneur (10 juin 1837), il fut élu, le 2 mars 1839, député du 1er collège de l'Ardéche (Privas), par 156 voix (305 votants); il prit place à l'opposition et vota contre la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, pour l'adjonction des capacités. Il échoua, le 9 juillet 1842, avec 119 voix contre 205 à l'élu, M. Champanhet, et 9 au marquis de Vogüé.

Après la révolution de 1848, M. Rampon resta quelques années en dehors de la politique et ne voulut pas se rallier au second empire. Conseiller général de Tournon en 1867, il posa sa candidature d'opposition au Corps législatif dans la 3e circonscription de l'Ardèche, le 24 mai 1869, mais il échoua, au 1er tour, avec 6,049 voix contre 14,708 à M. de la Tourette et 9,241 à M. Hérold; il se désista au second tour en faveur de ce dernier. Nommé, le 30 novembre 1870, colonel de la 3e légion des mobilisés de l'Ardèche, il prit part en cette qualité aux opérations de l'armée de l'Est, et se signala en différentes rencontres.

Elu, le 8 février 1871, représentant de l'Ardèche à l'Assemblée nationale, le 1er sur 8, par 44,709 voix (73,015 votants, 115,623 inscrits), il fut président du centre gauche, soutint la politique de Thiers, et vota pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour le service de trois ans, contre la démission de Thiers, contre le septennat, contre le ministère de Broglie, pour les lois constitutionnelles; il repoussa la loi sur l'enseignement supérieur.

Réélu au conseil général de l'Ardèche pour le canton de Tournon le 8 octobre 1871, et président de ce conseil, il fut élu sénateur de l'Ardèche, le 30 janvier 1876, par 210 voix (403 votants); il prit place au centre gauche, devint vice-président du Sénat et, le 23 juin 1877, vota contre la dissolution de la Chambre demandée par le ministère de Broglie. Il mourut en janvier 1883, et fut remplacé au Sénat, le 1er avril suivant, par M. Chalamet.


Retour haut de page