Alexandre, Marcel, Melchior Bodin dit de Montribloud

1804 - 1893

Informations générales
  • Né le 23 avril 1804 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 9 février 1893 à Saint-andré-de-corcy (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Ain
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Ain
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 7 mai 1863
Département
Ain
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Ain
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée constituante de 1848, et député au Corps législatif de 1852 à 1869, né a Lyon (Rhône), le 23 avril 1804, il s'établit dans le département de l'Ain, à Saint-André-de-Corsy, où il possédait de grandes propriétés, et s'occupa d'agriculture en même temps que de politique.

D'opinions conservatrices, il inclinait sous le règne de Louis-Philippe vers le royalisme légitimiste. Le 23 avril 1848, il entra dans la lutte électorale et fut nommé représentant du département de l'Ain à l'Assemblée constituante, le 7e sur 9, avec 40,922 voix. Il fit partie du comité de l'agriculture et du crédit foncier, et vota toujours avec la droite :

- le 9 août 1848, pour le rétablissement du cautionnement;
- le 26 août, pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière ;
- le 1er septembre, pour le rétablissement de la contrainte par corps;
- le 18 septembre, contre l'abolition de la peine de mort;
- le 7 octobre, contre l'amendement Grévy;
- le 11 octobre, contre le cours forcé des bons hypothécaires;
- le 2 novembre, contre le droit au travail ;
- le 28 décembre, contre la réduction de l'impôt du sel;
- le 12 janvier 1849, pour la proposition Rateau ;
- le 16 avril, pour les crédits de l'expédition de Rome ;
- le 2 mai, contre l'amnistie des transportés ;
- le 18 mai, contre l'abolition de l'impôt des boissons.

Non réélu à l'Assemblée législative, il entra, après s'être rallié à la politique présidentielle, au Corps législatif, le 29 février 1852 : il y représenta la 3e circonscription électorale de l'Ain, avec 16 302 voix sur 21 862 votants et 36 221 inscrits.

Il fut successivement réélu :

- le 22 juin 1857, par 18 470 voix (19 062 votants, 34 819 inscrits),
- et, le 1er juin 1863, par 22 789 voix (23 180 votants, 36 191 inscrits.)

Il vota constamment avec la majorité dynastique, et échoua aux élections du 24 mai 1869, avec 10 190 voix, contre le candidat indépendant, M. Germain, élu par 18 073 suffrages.

Fait chevalier de la Légion d'honneur le 30 juillet 1858, il en est devenu officier le 13 août 1864.

Date de mise à jour : octobre 2015


Retour haut de page