Oscar, Charles, Abel Planat

1825 - 1889

Informations générales
  • Né le 14 mai 1825 à Limoges (Haute-Vienne - France)
  • Décédé le 8 novembre 1889 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 14 juin 1863 au 27 avril 1869
Département
Charente
Groupe
Tiers-parti
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Charente
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1863 à 1870, né à Limoges (Haute-Vienne) le 14 mai 1825, mort à Paris le 8 novembre 1889, fils de Charles Abel Planat qui fut représentrant en 1848, il fut reçu avocat à Paris en 1849, et succéda à son père en 1858 dans la direction de sa maison de commerce à Cognac.

Elu, le 15 juin 1863, comme candidat de l'opposition, député de la 2e circonscription de la Charente, par 16,164 voix (31,331 votants, 36,845 inscrits), contre 15,046 à M. Hennessy, candidat du gouvernement, et réélu, le 24 mai 1869, par 20,073 voix (30,216 votants, 37,197 inscrits), contre 9,903 à M. H. Bouraud, il siégea dans le tiers parti, signa l'interpellation des 116, et vota pour la guerre contre la Prusse.

Conseiller général et conseiller municipal de Cognac, il se présenta comme candidat républicain, le 20 février 1876, dans l'arrondissement de Barbezieux, où il échoua avec 2,249 voix contre 5,776 à M. Mathieu-Bodet; il ne fut pas plus heureux le 5 mars suivant, dans l'arrondissement de Cognac, avec 6,491 voix contre 8,318 à l'élu, M. Cunéo d'Ornano, et 1,278 à M. Martell. Cette dernière élection fut invalidée; mais M. Planat échoua une seconde fois, au nouveau scrutin du 21 mars 1876, avec 6,627 voix contre 9,496 à l'élu, M. Cunéo d'Ornano. Le 14 octobre 1877, il se représenta sans plus de succès dans l'arrondissement de Barbezieux, où il n'obtint que 3,271 voix contre 7,700 à M. André, candidat du gouvernement du 16 mai, et 1,580 à M. Gellibert des Seguins.

Maire de Cognac de 1878 à sa mort, il était chevalier de la Légion d'honneur, du 30 décembre 1886.

Date de mise à jour: novembre 2016