Auguste Mathieu

1814 - 1878

Informations générales
  • Né le 24 novembre 1814 à Avize (Marne - France)
  • Décédé le 4 janvier 1878 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Corrèze
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Corrèze
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1863 à 1870, né à Avize (Marne) le 24 novembre 1814, mort à Paris le 4 janvier 1878, il fit ses études à Epernay et son droit à Paris, puis se perfectionna dans la Jurisprudence et la procédure chez un avoué d'Epernay.

Inscrit au barreau de Paris en 1837, il devint secrétaire de M. Delangle, alors bâtonnier de l'ordre, et ne tarda pas à plaider dans des affaires importantes, notamment pour le baron Commaille contre le duc de Brancas en 1840, pour le général Woronzof contre le prince Dolgorouski en 1851, pour M. Legouvé contre Mlle Rachel, à propos de la représentation de Médée en 1854; il défendit aussi Rudio, l'un des complices de l'attentat d'Orsini en 1858.

Candidat républicain en Seine-et-Marne (avril 1848), lors des élections à l'Assemblée constituante, il ne fut pas élu.

Membre du conseil de l'ordre des avocats depuis 1849, et conseiller-général d'Avize, il se rallia à l'Empire, et fut élu, le 1er juin 1863, député de la 2e circonscription de la Corrèze, avec l'appui du gouvernement, par 25,166 voix (33,327 votants, 43,380 inscrits), contre 8,083 à M. de Jouvenel. Il prit place dans la majorité, fut rapporteur (1867) de la nouvelle loi sur la presse, et proposa un amendement portant que tout article de polémique serait déposé au ministère de l'Intérieur, ou à la préfecture dans chaque département, à la sous-préfecture dans chaque arrondissement, vingt-quatre heures avant sa publication, afin que le gouvernement pût y répondre : la réponse paraîtrait parallèlement à l'article, en mêmes caractères, à peine de 500 à 5,000 francs d'amende. Cet amendement fut rejeté.

Réélu député, le 24 mai 1869, par 24,796 voix (32,182 votants, 43,386 inscrits), contre 4,589 à M. de Latrade, 2,278 à M. de Cosnac, et 374 à M. Le Cherbonnier, il vota pour la guerre contre la Prusse.

Après les événements de 1870, M. Mathieu rentra au barreau de Paris. Officier de la Légion d'honneur (14 août 1866).

Date de mise à jour: octobre 2016