Pierre, Joseph, Théophile Delbetz

1818 - 1881

Informations générales
  • Né le 19 mars 1818 à Eymet (Dordogne - France)
  • Décédé le 23 septembre 1881 à Eymet (Dordogne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Dordogne
Groupe
Extrème gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Dordogne
Groupe
Extrème gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, né à Eymet (Dordogne), le 19 mars 1818, mort à Eymet, le 23 septembre 1881, il était fils d'un pasteur protestant.

Il se fit recevoir docteur-médecin à Paris en 1842, s'établit en cette qualité à Eymet, et, connu pour ses opinions républicaines, fut nommé sous-commissaire du gouvernement provisoire à Bergerac après la révolution de février 1848.

Elu, le 23 avril 1848, représentant de la Dordogne à l'Assemblée constituante, le 11e sur 13, par 38,169 voix sur 110,594 votants et 140,087 inscrits, il siégea à la Montagne, fit partie du comité de l'intérieur, et vota:

- pour le maintien du cautionnement des journaux,
- contre la proposition Ceyras relative aux invalides de la campagne,
- contre le droit au travail,
- contre l'impôt progressif,
- pour l'amendement Grévy,
- contre le remplacement militaire,
- contre la proposition Rateau,
- pour la réduction de l'impôt du sel,
- contre la suppression des clubs.

Réélu, le 13 mai 1849, par le même département, à l'Assemblée législative, le 3e sur 10, avec 61,288 voix sur 105,677 votants et 145,779 inscrits, il reprit sa place à l'extrême gauche, vota:

- contre la politique du prince-président,
- contre l'expédition romaine,
- contre les lois sur l'enseignement et sur le suffrage universel,

et, rendu à la vie privée par le coup d'Etat de décembre 1851, revint exercer la médecine à Eymet.

Le 24 juillet 1864, dans l'élection partielle nécessitée par la mort de M. Debelleyme, il se présenta comme candidat de l'opposition dans la 2e circonscription de la Dordogne, mais il n'obtint que 3,109 voix contre 21,479 données au candidat officiel élu, M. Boudet. Il échoua encore dans la même circonscription, aux élections générales du 24 mai 1869, avec 6,007 voix contre 20,012 données au député sortant, candidat officiel, M. Boudet, et 2,196 à M. Nathan. Il ne fut pas plus heureux aux élections du 8 février 1871; porté sur la liste républicaine de la Dordogne, il n'obtint que 24,263 voix sur 97,443 votants.


Retour haut de page