Etienne, Auguste, Eloy Clément

1798 - 1862

Informations générales
  • Né le 5 octobre 1798 à Grenoble (Isère - France)
  • Décédé le 22 septembre 1862 à Grenoble (Isère - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Isère
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Isère
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-49, né à Grenoble (Isère), le 6 octobre 1798, mort à Grenoble, le 22 septembre 1862, il fit à Paris ses études de droit, fut reçut avocat, et compta, dès sa jeunesse, dans les rangs des adversaires de la Restauration.

Au lendemain de la révolution de Juillet, Dupont (de l'Eure) le nomma procureur du roi à Saint-Marcellin ; mais il resta fidèle à ses opinions républicaines, et fut, par ce motif, révoqué en 1842. Les circonstances de sa destitution, qui fit assez de bruit, furent rapportées par les journaux de l'époque (V. le National des 14 et 15 août 1842). Le procureur-général de Grenoble avait écrit à M. Clément pour l'engager à user de toute son influence auprès des électeurs en faveur du candidat ministériel, M. de Bérenger ; M. Clément répondit par un refus ainsi motivé :

« Saint-Marcelin, 18 juin 1842.
M. le procureur général,

Je m'empresse de vous répondre que je refuse positivement le concours que vous me demandez ; jamais je ne consentirai à trahir mes devoirs. Nommé procureur du roi à mon insu, je n'ai accepté cette place et ne l'ai conservée que sous la condition de n'agir jamais contre mes convictions. Jusqu'à présent, j'ai eu la satisfaction de me dire que j’avais fidèlement obéi à la loi que je m'étais faite. Sans doute, dans le malheureux temps où nous vivons, j'ai été favorisé par les circonstances, je n'ai pas eu le moindre rapport avec les affaires publiques et je ne me suis occupé que de faire respecter les personnes et les propriétés mais aujourd'hui le gouvernement, par votre organe, me propose, à moi magistrat, de lui servir d'instrument dans les intrigues électorales : loin de moi une pareille conduite. Je veux conserver l'estime de moi-même, et mille fois je déchirerais ma toge plutôt que de la souiller. Les élections sont le jugement du gouvernement par le pays. L'électeur doit donc juger sans influence et en pleine liberté; c'est déjà bien assez de l'injuste monopole dont il est investi.
J'ai donc l'honneur, M. le procureur-général, de vous adresser ma démission, et de vous prier d'envoyer ma lettre à M. le ministre, pour qu'il soit pourvu à mon remplacement.
Je suis, etc.

A CLÉMENT. »
Le procureur-général tint l'affaire secrète durant toute la période électorale; mais deux mois après, M. Clément fut destitué pour s'être abstenu de signer l'adresse envoyée au roi par le tribunal de Saint-Marcellin, à l'occasion de la mort du duc d'Orléans. M. Clément quitta Saint-Marcellin et reprit, jusqu'en 1848, sa place au barreau. Membre du conseil municipal de Grenoble, où il s'était fixé, il seconda activement le mouvement réformiste de 1847, et au banquet de Saint-Marcellin, le 24 octobre, il réclama le suffrage universel et direct. Lors de la révolution de février 1848, il fut un des cinq commissaires entre les mains desquels le préfet de l'Isère remit ses pouvoirs et qui proclamèrent aussitôt la République.

Porté candidat par les démocrates de l'Isère à l'Assemblée constituante, il fut élu représentant du peuple (23 avril 1848), le 11e sur 15, avec 84 417 voix sur 136 486 votants et 159 723 inscrits. M. Clément prit place à gauche et vota généralement avec le groupe le plus avancé :

- 9 août, contre le rétablissement du cautionnement ;
- 26 août, contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière ;
- 18 septembre, pour l'abolition de la peine de mort,
- 7 octobre, pour l'amendement Grévy sur la présidence ;
- 21 octobre, pour l'abolition du remplacement militaire ;
- 2 novembre, pour le droit au travail ;
- 27 décembre, pour la suppression de l'impôt sur le sel ;
- 12 janvier 1849, contre la proposition Rateau ;
- 16 avril, contre les crédits de l'expédition de Rome ;
- 2 mai, pour l'amnistie des transportés ;
- 11 mai, pour la demande de mise en accusation (qu'il avait signée) du président et de ses ministres.

Toutefois, il se sépara de la Montagne pour voter, le 25 novembre 1848, l'ordre du jour portant que « le général Cavaignac avait bien mérité de la patrie. » Adversaire résolu de la politique du président L.-N. Bonaparte, M. Clément continua de la combattre à l'Assemblée législative, où il fut réélu représentant de l'Isère, le 5e sur 12, par 70 527 voix (105 869 votants, 160 450 inscrits). Il s'associa aux protestations de la minorité démocratique, combattit l'expédition romaine, appuya l'interpellation de Ledru-Rollin à ce sujet, et vota, jusqu'en 1851, contre toutes les lois répressives et antirépublicaines.

Le coup d'Etat de 1851 le rendit à la vie privée.


Retour haut de page