Pierre, Léon Leclerc

1781 - 1858

Informations générales
  • Né le 8 décembre 1781 à Riaillé ( - France)
  • Décédé le 8 septembre 1858 à Livré (Mayenne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Mayenne
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Mayenne
Groupe
Centre
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Mayenne
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816, et de 1824 à 1830, né à Riaillé (Loire-inférieure) le 8 décembre 1781, mort à Livré (Mayenne) le 8 septembre 1858, propriétaire et adjoint au maire de Forcé (Mayenne), il fut élu, le 12 août 1815, député du collège de département de la Mayenne, par 127 voix (194 votants, 255 inscrits).

Après la séparation de la Chambre introuvable où il avait voté avec la majorité, il resta quelques années éloigné du parlement. Il y reparut en 1824, ayant été élu, le 25 février, député du 1er arrondissement de la Mayenne (Laval), dont il présidait le collège électoral, par 225 voix (317 votants, 337 inscrits), contre 90 à M. Leclerc-Delaunay. Il continua à siéger silencieusement au centre.

S'il faut en croire un biographe du temps, « la politique l'occupa fort peu; ses seuls travaux,- ses seuls loisirs se rattachent à l'étude des insectes microscopiques; vingt bocaux rangés dans son cabinet, et qui paraissent vides aux yeux du vulgaire, sont l'objet de ses délassements ».

Réélu, comme ministériel, le 17 novembre 1827, dans le même arrondissement, par 163 voix (296 votants, 328 inscrits), contre 131 à M. Prosper Delaunay, il resta partisan convaincu des Bourbons, mais n'appuya pas sans réserve le ministère Polignac; il échoua, après la dissolution de la Chambre par ce ministère, aux élections du 13 juillet 1830, avec 158 voix contre 199 à M. de Lézardière.