Guillaume de Bonnemant

1747 - 1820

Informations générales
  • Né le 3 septembre 1747 à Arles (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 4 mai 1820 à Arles (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 6 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Arles (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, né à Arles (Bouches-du-Rhône), le 3 septembre 1747, mort à Arles, le 4 mai 1820, avocat à Arles, il fut élu, le 6 avril 1789, député du tiers aux États-Généraux par la sénéchaussée d'Arles.

En 1791, il écrivit au Moniteur pour protester contre la nouvelle, qu'il déclare fausse, de l'exécution sommaire, par le peuple d'Arles, de « vingt-deux aristocrates. Les troubles qui avaient éclaté dans cette ville amenèrent Bonnemant à la tribune, le 23 septembre 1791 : il exprima l'avis qu'il fallait rendre « le corps électoral et l'assemblée de département personnellement responsables de tous les événements. »

Après la session, Bonnemant, « ancien membre de l'Assemblée constituante, » parut à la barre de la Législative, le 24 avril 1792, comme « député extraordinaire des patriotes d'Arles. » Il lut un long mémoire, fréquemment interrompu par les murmures d'une partie de l'Assemblée et par les applaudissements des tribunes, et dans lequel il racontait les violences commises contre les patriotes par les « chiffonnistes et monnaidiers » d'Arles : quinze cents fusils arrêtés et retenus par eux, des fortifications et des remparts élevés contre la force publique, des visites inquisitoriales dans les maisons des citoyens, etc. Il inculpa les commissaires civils envoyés à Arles, ainsi que le directoire et le procureur-général syndic des Bouches-du-Rhône. L'impression du rapport de Bonnemant fut votée par l'Assemblée.