Claude Dallemagne

1754 - 1813

Informations générales
  • Né le 8 novembre 1754 à Peyrieu (Ain - France)
  • Décédé le 25 juin 1813 à Nemours (Seine-et-Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 27 mars 1802 au 25 juin 1813
Département
Ain
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Corps législatif de l'an X à 1813, né à Peyrieu (Ain), le 8 novembre 1754, mort à Nemours (Seine-et-Marne), le 25 juin 1813, s'engagea, à 19 ans, dans le régiment de Hainaut, fit la guerre d'Amérique, et gagna à Savanah les galons de sergent. Officier en 1790, chevalier de Saint-Louis ou 1791, général le 22 décembre 1793, il suivit la campagne d'Italie de 1796, fut blessé au passage du Pô, décida, par une charge brillante, la victoire de Lodi, et mérita, par sa conduite au siège de Mantoue, un sabre d'honneur et cette mention de Bonaparte : « Le succès fut quelque temps incertain, mais j'étais tranquille; la brave 32e demi-brigade, commandée par Dallemagne, était là. » Il contribua encore aux victoires de Castiglione et de Roveredo, fut nommé général de division, chargé (1798) du commandement de l'armée de Rome, et, après avoir installé au capitole le Sénat de la nouvelle République romaine, revint en France pour raisons de sauté. Envoyé à l'armée du Rhin après la rupture du traité de Campo-Formio, il s'empara d'Ehrenbreistein, reçut, à l'occasion de ce succès, des pistolets d'honneur, mais dut encore quitter l'armée pour cause de maladie. Le 6 germinal an X, le Sénat conservateur le choisit comme député de l'Ain au Corps législatif. Candidat au Sénat conservateur en 1806. il ne fut point appelé à y siéger. L'empereur le mit en mars 1809, à la tête de la 25e division militaire, puis, en août suivant, à la tête de la 1re division de l'armée de Hollande, qu'il ne commanda que peu de temps. Il venait de voir renouveler son mandat de député au Corps législatif (6 janvier 1813), et d’être créé baron de l'Empire (19 juin suivant), lorsqu'il mourut.