Pierre, Henri, François, Etienne Bouvet de Maisonneuve

1775 - 1860

Informations générales
  • Né le 28 novembre 1775 à Saint-Benoît (La Réunion - France)
  • Décédé le 18 juin 1860 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1831, né à l'île Bourbon, le 28 novembre 1775, mort à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), le 18 juin 1860, fils d'un capitaine de vaisseau de la Compagnie des Indes, Pierre Bouvet, de Saint-Malo, il s'embarqua, à douze ans, comme volontaire sur les vaisseaux du roi; en 1792, il faisait la campagne de la Méditerranée sur l'Aréthuse, comme aspirant, et, à la fin de la campagne, il devint enseigne et passa sur le Languedoc.

Nommé, en l'an V, commandant de la seconde escadre de l'expédition il fut disgracié par le Directoire pour n'avoir pas réussi dans sa mission. Il prit part à l'expédition de Saint-Domingue, sur le Redoutable, comme lieutenant de vaisseau (24 avril 1802), partit, en 1803, pour l'océan austral sur l'Atalante, fit naufrage au cap de Bonne-Espérance en 1805, et fut chargé, par le capitaine-général de l'île de France, d'une croisière le long de la côte africaine, sur l'Entreprenant. Quoique armé d'un seul canon de 8, et ne comptant que 40 hommes d'équipage, il attaqua un paquebot anglais armé de 10 canons et monté par 70 hommes, et s'en empara.

Après une affaire tout à son honneur avec le gouverneur espagnol de Manille, il reçut le commandement de la frégate la Minerve, capturée sur les Portugais par le capitaine Duperré, attaqua, seul, trois vaisseaux anglais, et, après le combat du Grand-port, qui dura trois jours (août 1810), fut nommé capitaine de vaisseau (20 décembre). Monté sur l'Aréthuse, il battit encore l'Amélia, une des meilleures frégates de la flotte anglaise. La paix, qui suivit la Restauration, lui fit demander sa retraite, à 45 ans, avec le titre de contre-amiral honoraire.

Le 28 octobre 1830, le collège de département d'Ille-et-Vilaine l'élut député en remplacement de M. de Montbourcher dont l'élection avait été annulée. Nommé grand officier de la Légion d'honneur, le 26 avril 1831, il ne siégea, dans la majorité, que jusqu'aux élections générales du 5 juillet suivant, et se retira à Saint-Servan. En février 1853, Napoléon III le fit passer dans le cadre de réserve, avec le titre de contre-amiral.

On a de lui : Récit des campagnes du capitaine de vaisseau Pierre Bouvet, et Observations sur la marine (1821).