Joachim, Mamert, François de Conzié

1738 - 1795

Informations générales
  • Né le 21 mars 1738 à Pont-d'ain (Ardèche - France)
  • Décédé le 8 mai 1795 à Amsterdam (Pays-bas)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 28 mars 1789 au 27 février 1791
Baillage
Touraine (Type : Bailliage)
Groupe
Clergé

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, né à Poncin (Ain) le 18 mars 1736, mort à Amsterdam (Hollande) en 1795, il entra dans les ordres comme son frère aîné, Louis-François-Marc-Hilaire de Conzié (1732-1805), et commença par être son grand vicaire à l'évêché de Saint-Omer. Il lui succéda ensuite sur ce siège lorsqu'on l'eut transféré à Arras.

Promu en 1774 à l'archevêché de Tours, il fut, le 28 mars 1789, élu député du clergé aux Etats-Généraux par le bailliage de Touraine. Il signa toutes les protestations du côté droit, et compta parmi les partisans les plus obstinés de l'ancien régime. Le 27 février 1791, il se décida à donner sa démission. Il eut pour suppléant l'abbé de Bouvens (V. ce nom) que l'Assemblée refusa d'admettre, à cause des restrictions dont il voulut entourer son serment de fidélité.

M. de Conzié quitta la France et émigra à Aix-la-Chapelle. C'est de là qu'il envoya, le 14 Juin, une « instruction pastorale sur les brefs de Pie VI », qui fut condamnée, le mois suivant, par le tribunal de Tours, à être lacérée et brûlée par la main du bourreau. On lit à ce sujet dans le Moniteur du 12 juillet 1791 : « Le tribunal du district de Tours ayant, par un jugement du 1er de ce mois, condamné le mandement de M. Conzié, ci-devant archevêque de ce diocèse, à son ci-devant clergé, à être lacéré et brûlé par la main de l'exécuteur de la Haute justice, l'exécution en a été faite le 2, sur la place de la Constitution, avec tout l'appareil d'usage dans les cas d'exécution de Haute justice. La place était couverte d'une multitude immense qui, par ses applaudissements, a confirmé le jugement du tribunal. »

Durant l'émigration, M. de Conzié fit partie du conseil de gouvernement des princes. Les victoires des Français l'obligèrent à se retirer en Hollande. Il tomba malade à Amsterdam, et y mourut.