Pierre Mougeotte des Vignes

1755 - 1816

Informations générales
  • Né le 7 janvier 1755 à Vignes (Haute-Marne - France)
  • Décédé le 22 novembre 1816 à Humberville (Haute-Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 27 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Chaumont-en-Bassigny (Type : Bailliage)
Groupe
Tiers-Etat
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 10 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Haute-Marne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, représentant aux Cent-Jours, né à Vignes (Haute-Marne) le 7 janvier 1755, mort à Humberville (Haute-Marne) le 22 novembre 1816, « fils de Jean-Maximilien-Pierre Mougeotte, seigneur des Vignes, gendarme de la garde ordinaire du roi, et de dame Pétronille de Curel », il appartint à la magistrature de l'ancien régime.

Procureur du roi (31 décembre 1778) au bailliage et siège présidial de Chaumont, syndic de l'assemblée de l'élection de Chaumont (27 août 1787), il fut élu, le 27 mars 1789, député du tiers aux Etats-Généraux par le bailliage de Chaumont en Bassigny, avec 930 voix (942 votants). Mougeotte vota avec la majorité de la Constituante, et signa le serment du Jeu de Paume.

Il devint ensuite juge au tribunal de district de Chaumont (1790), président du même tribunal (1792), juge et président de la 1re section du tribunal civil du département de la Haute-Marne (an IV), et fut nommé, après le coup d'Etat de brumaire, juge de paix de Chaumont (an VIII).

Procureur impérial au tribunal de première instance de Chaumont (1805), conseiller municipal de cette ville (1806), il fit partie, la même année, de la députation chargée d'aller porter à Napoléon une adresse de félicitations, fut nommé conseiller général de la Haute-Marne par décret impérial (1807), et, pendant les Cent-Jours, fut élu (10 mai 1815) membre de la Chambre des représentants par l'arrondissement de Chaumont, avec 73 voix (83 votants).

Mougeotte des Vignes rentra dans la vie privée à la seconde Restauration, et mourut presque aussitôt (novembre 1816).