Jean-Baptiste Jacopin

1755 - 1815

Informations générales
  • Né le 20 octobre 1755 à Brioude ( - France)
  • Décédé le 1er janvier 1815 à Epinal (Vosges - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 27 mars 1802 au 4 juin 1814
Département
Meurthe
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député au Corps législatif en l'an X, né à Brioude (Haute-Loire) le 20 octobre 1755, mort à Epinal (Vosges) à une date inconnue, était, en 1792, lieutenant au 6e bataillon de la Meurthe; il se distingua aux opérations sur la Sarre, fut adjoint à l'état-major de l'armée de la Moselle, et conquit le grade de général de brigade le 21 nivôse an II. Blessé près de Sarrebourg, et à peine en convalescence, il dut se rendre à l'armée de Sambre-et-Meuse, où il assista aux deux batailles de Fleurus. A la première (28 prairial an II), il couvrit la retraite du général Lefebvre; à la seconde (8 messidor), il contint l'infanterie autrichienne et permit à Jourdan de remporter la victoire. En l'an III, Jourdan le chargea de protéger le passage du Rhin (15 fructidor) et, en l'an IV, celui de la Sieg (12 prairial). Jacopin se distingua encore au combat de Friedberg (22 messidor) et à Amberg (3 fructidor), ou il chargea les troupes de Kray avec une rare audace. En l'an VIII, commandant l'avant-garde de Thurot, dans le Valais, il eut à pourvoir à la subsistance et à la sécurité des troupes au milieu d'un pays ruiné, et se tira heureusement de cette tâche difficile, grâce à son humanité et à sa prudence. Peu après, lors de la marche en avant de l'armée française à travers la Suisse, il fut blessé à Velchingen. Très dévoué au. premier consul, il fut élu par le Sénat conservateur député de la Meurthe au Corps législatif, le 6 germinal an X, devint secrétaire, puis questeur de cette assemblée, fut nommé membre de la Légion d'honneur le 4 frimaire an XII, et commandeur le 25 prairial suivant, reçut, en 1805, le commandement de l'armée de réserve du Rhin, et, mis à la retraite en 1811, mourut fort peu de temps après.