Christophe, Armand, Paul, Alexandre de Beaumont

1770 - 1841

Informations générales
  • Né le 30 décembre 1770 à Paris ( - France)
  • Décédé le 12 juillet 1841 à Pau (Basses-Pyrénées - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Dordogne
Groupe
Groupe constitutionnel
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Dordogne
Groupe
Groupe constitutionnel

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1824 à 1830, né à Paris, le 30 décembre 1770, mort à Pau (Basses-Pyrénées), le 12 juillet 1841, il appartint à l'armée et à l'administration préfectorale, il fut notamment préfet des Basses-Pyrénées.

Le 6 mars 1824, élu député par le collège de département de la Dordogne, avec 145 voix sur 204 votants et 323 inscrits, il vota à la Chambre avec les royalistes constitutionnels, défenseurs de la Charte, et combattit la politique de M. de Villèle. Les libéraux du temps le considéraient (Biographie des députés de la Chambre septennale) comme « un caractère plein de noblesse, de fermeté et d'indépendance. » Il monta quelquefois à la tribune, notamment lors de la discussion sur le milliard des émigrés, et soutint, dans la séance du 7 février 1825, que « le roi n'avait pas plus le pouvoir de sanctionner la spoliation d'une classe que la spoliation d'un particulier, et que la Charte n'avait entendu que préserver les acquéreurs de poursuites judiciaires. Pour satisfaire à tous les voeux, il faut rendre à chacun ce qui lui appartient : les biens aux émigrés et l'indemnité aux acquéreurs ».

Il fut l'auteur de plusieurs propositions assez importantes, dont l'une, présentée de concert avec M. Mestadier, dans la séance du 30 avril 1825, avait pour objet d'obliger les ministres à apporter, dans la session suivante, les comptes de leurs opérations relatives à la guerre d'Espagne et de la liquidation définitive des fournitures faites par le munitionnaire général. Cet amendement, qui fut adopté par la Chambre, fit alors un certain bruit.
Le vicomte de Beaumont fut réélu le 24 novembre 1827 (173 voix sur 204 votants, 309 inscrits). Il échoua au renouvellement du 3 juillet 1830 avec 97 voix, contre M. Chilhaud de la Rigaudie, élu par 116 voix. Chevalier de la Légion d'honneur, il fut retraité comme préfet le 8 juin 1833.