Jean-Jacques Rasteau

1786 - 1854

Informations générales
  • Né le 17 décembre 1786 à La rochelle ( - France)
  • Décédé le 25 janvier 1854 à Paris (Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Charente-Inférieure
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1837 à 1846, né à la Rochelle (Charente-Inférieure) le 17 décembre 1786, mort à Paris le 25 janvier 1854, riche négociant à la Rochelle, membre du tribunal de commerce de cette ville, il devint maire de la Rochelle en septembre 1834, attacha son nom à l'agrandissement de la cathédrale et à la reconstruction du collège, et fut successivement élu député du 1er collège de la Charente-Inférieure (La Rochelle), le 4 novembre 1837, par 237 voix (297 votants, 367 inscrits) ; le 2 mars 1839, par 237 voix (297 votants); le 9 juillet 1842, par 181 voix (305 votants, 401 inscrits), contre 114 à M. Emmery.

Ami politique de Dupont de l'Eure, M. Rasteau vota d'abord avec le centre gauche; mais dans la discussion de l'adresse de 1839, il passa dans les rangs ministériels et ne les quitta plus; il vota en conséquence pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, pour le recensement, contre les incompatibilités, contre l'adjonction des capacités, pour l'indemnité Pritchard.

Il avait donné sa démission de maire en décembre 1841, par suite de dissentiment avec le ministre peu empressé à réaliser la promesse qu'il avait faite d'ériger le collège reconstruit en collège royal. Les élections du 13 août 1846 ne lui furent pas favorables ; il échoua avec 173 voix contre 191 à l'élu, M. Paillet, et ne reparut plus dans les assemblées politiques.