Gustave Decréquy

1899 - 1944

Informations générales
  • Né le 21 décembre 1899 à Fruges (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 16 novembre 1944 à Pau (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 24 mars 1935 au 31 mai 1936
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 21 décembre 1899 à Fruges (Pas-de-Calais), mort le 16 novembre 1944 à Pau (Basses-Pyrénées). Député du Pas-de-Calais de 1935 à 1942.

Après d'excellentes études secondaires au lycée d'Amiens, puis au collège Mariette à Boulogne, Gustave Decréquy s'engage dès l'âge de 17 ans dans l'armée française. Il participe aux principaux combats de la première guerre mondiale ; son courage lui vaut d'être décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.

Rendu à la vie civile, il devient négociant en vins et spiritueux. En même temps sa position de notable l'incite à ne pas se désintéresser de la politique. C'est donc par l'exercice de divers mandats locaux que, très classiquement, il commence une carrière qui le conduira au Parlement. Il devient successivement conseiller municipal de Fruges en 1925, conseiller d'arrondissement le 18 avril 1926, adjoint au maire de Fruges en 1929, puis vice-président du conseil d'arrondissement. En 1935, des élections partielles ont lieu dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer pour remplacer le député Charles Delesalle, un industriel de la gauche radicale élu sénateur, après avoir été député depuis 1924. Gustave Decréquy s'y présente : battu de peu au premier tour par un autre candidat, M. Candeliez, il est élu au second tour, le 17 mars 1935 par 10.155 voix contre 8.502 à Candeliez, sur 18.868 votants.

Inscrit au groupe républicain radical et radical-socialiste, il participe à. la Commission de l'administration générale, départementale et communale, ainsi qu'à la Commission des mines et de la force motrice, et dépose un rapport au nom du premier bureau sur les opérations cantonales de la première circonscription de Clermont-Ferrand.

Candidat aux élections générales législatives des 26 avril et 3 mai 1936, Gustave Decréquy promet à ses électeurs de défendre la République « laïque, démocratique et sociale » contre « la réaction aux mille visages », et contre le « fascisme », de travailler au redressement de l'économie française en luttant contre les privilèges des uns et la misère des autres, de s'appuyer sur la S.D.N. pour défendre la paix. Mais il affirme que les activités locales et régionales continueront d'occuper le premier rang de ses préoccupation. Il estime que son rôle de député est essentiellement de présenter les revendications de ses électeurs aux pouvoirs publics. Il s'engage à travailler au développement du tourisme dans son département.

La gauche remporte les deux tiers des sièges dans le Pas-de-Calais. Gustave Decréquy, réélu le 3 mai 1936, toujours au second tour, par 11.489 voix contre 8.963 à son adversaire, sur 20.779 votants, s'inscrit de nouveau au groupe républicain radical et radical-socialiste et participe, comme sous la précédente législature, à la Commission de l'administration générale, départementale et communale ainsi qu'à la Commission des mines et de la force motrice.

Il est à remarquer qu'il ne prend pas part au vote de l'Assemblée du 10 juillet 1940 à Vichy, sur les pouvoirs constituants.

S'étant volontairement tenu à l'écart des orages de la vie politique, il se consacra avec efficacité et discrétion à la défense des intérêts locaux, comme il l'avait promis à ses électeurs.

Prématurément arraché à l'affection des siens, il n'a pas 45 ans lorsqu'il meurt à Pau le 16 novembre 1944.



Né le 21 décembre 1899 à Fruges (Pas-de-Calais)
Décédé le 16 novembre 1944 à Pau (Basses-Pyrénées)

Député du Pas-de-Calais de 1935 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome IV, p. 1275 et 1276)

Après le vote du 10 juillet 1940 - auquel il ne prend pas part -, Gustave Decréquy se consacre à ses activités professionnelles et locales.

Atteint d'une tuberculose pulmonaire, il meurt à Pau, le 16 novembre 1944, à l'âge de 44 ans.