Paul Deudon

1896 - 1956

Informations générales
  • Né le 3 avril 1896 à Nice (Alpes-Maritimes - France)
  • Décédé le 22 mai 1956 à Neuilly-sur-seine (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 1er mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Alpes-Maritimes
Groupe
Gauche indépendante

Biographies

Né à Nice (Alpes-Maritimes) le 3 avril 1896, mort à Neuilly-sur-Seine (Seine) le 22 mai 1956.

Député des Alpes-Maritimes de 1932 à 1936.

Paul Deudon naquit à Nice le 3 avril 1896. Il entreprit des études supérieures que la guerre de 1914-1918 interrompit. Parti comme simple chasseur alpin à l'appel de sa classe, il termina la guerre comme lieutenant, avec 12 citations, la Légion d'honneur et la Croix de guerre. Licencié en droit, diplômé de l'Ecole des sciences politiques, il s'installa comme avocat au barreau de Nice.

Il entra au conseil municipal de sa ville natale, le 3 mai 1925 et fut réélu, le 2 décembre 1928, sur la liste radicale de Jean Médecin. Il devint adjoint au maire de Nice.

Il se présenta aux élections générales législatives de 1932, dans la troisième circonscription de Nice. Il fut élu confortablement au premier tour de scrutin, le 1er mai, avec 6.282 voix sur 12.033 votants, battant le député sortant, Humbert Ricolfi, qui représentait le département depuis 1919 et n'avait obtenu que 4.408 voix.

Il s'était présenté comme « candidat indépendant de gauche », avec un programme dont il disait lui-même qu'« il tranche vivement sur les méthodes suivies jusqu'à ce jour » et qu'il caractérisait dans cette formule : « c'est un programme de progrès social dans l'ordre et le travail ». En matière de politique étrangère, il demandait le renforcement de la S.D.N., « l'établissement des Etats-Unis d'Europe » et, cartiériste avant la lettre, « la cessation immédiate de la politique de prêts à l'étranger sans contrepartie équivalente ». Il préconisait enfin une réorganisation totale du programme social.

A la Chambre, il siégea avec la gauche indépendante et fit partie de nombreuses Commissions : celles de l'Alsace-Lorraine, d'assistance et de prévoyance sociale, des comptes définitifs et des économies, des pensions, des finances et de l'aéronautique. Il participa à la discussion, à des titres divers, des budgets des exercices 1934 et 1936 et de ceux de l'Algérie, à propos desquels il déposa plusieurs rapports, pour les mêmes années. Les modalités de l'établissement en France des industriels et commerçants étrangers, ainsi que la protection de la main-d'œuvre nationale furent l'objet de sa part, en 1932 et en 1934, de deux propositions de lois, dont la première, après refonte et fusion avec d'autres propositions, fut adoptée par la Chambre. Par contre, une autre proposition qu'il présenta sur l'extension de la validité du permis de chasse départemental, délivré dans les départements frontières ou maritimes, aux départements limitrophes tomba dans l'oubli. Les baux à loyer d'immeubles industriels ou commerciaux et le prix des fonds de commerce retinrent, en 1932 et en 1935, son attention, ainsi que, la même année, les questions concernant le tourisme et l'hôtellerie.

Il se représenta aux élections de 1936 mais, arrivé en troisième position le 26 avril avec 2.000 voix d'écart sur le candidat le mieux placé, il abandonna au second tour, laissant M. Virgile Barel emporter le siège.

Après la guerre de 1939-1945, il se présenta comme candidat isolé aux élections municipales de Nice, le 29 avril 1945, mais ne fut pas élu.

Il mourut à Neuilly-sur-Seine (Seine), le 22 mai 1956, à l'âge de 60 ans.

M. Deudon était Médaille d'Or des assurances sociales et Officier de la Légion d'honneur.




Né le 3 avril 1896 à Nice (Alpes-Maritimes)
Décédé le 22 mai 1956 à Neuilly-sur-Seine (Seine)

Député des Alpes-Maritimes de 1932 à 1936

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome IV, p. 1433)

Après la guerre de 1939-1945, Paul Deudon se présente comme candidat isolé aux élections municipales de Nice, le 29 avril 1945, mais il n'est pas élu.

Il meurt à Neuilly-sur-Seine le 22 mai 1956, à l'âge de 60 ans.