Victor Doeblé

1890 - 1967

Informations générales
  • Né le 24 février 1890 à Sarralbe (Moselle - France)
  • Décédé le 24 juin 1967 à Sarrebruck (Allemagne)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Moselle
Groupe
Communiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Moselle
Groupe
Gauche indépendante

Biographies

Né le 24 février 1890 à' Sarralbe (Moselle).

Député de la Moselle de 1928 à 1936.

Fonctionnaire des P.T.T., secrétaire de syndicat à Metz, candidat communiste malchanceux aux élections générales législatives du 11 mai 1924, Victor Doéblé fut élu au second tour de scrutin le 22 avril 1928, sous l'étiquette du bloc ouvrier et paysan par 5.111 voix contre 5.066 à l'abbé Sorne de l'union républicaine et sociale, sur 11.871 votants. Il fut réélu au second tour à nouveau, le 8 mai 1932 par 6.349 voix contre 5.372 à M. Straub, démocrate populaire, sur 12.442 votants.

A la Chambre, Victor Doéblé s'inscrivit au groupe communiste en 1928 et à celui de la gauche indépendante en 1932 et fut membre de la Commission des mines et de la force motrice, de la Commission du travail, de la Commission d'Alsace-Lorraine, de la Commission des pensions civiles et militaires et de celle des régions libérées. Il déposa plusieurs propositions de loi, l'une en particulier visant la révision des baux à fermage, l'autre concernant le sort des petits paysans, une troisième tendant à instituer un impôt exceptionnel de redressement national.

Il rédigea également de nombreux rapports, parmi lesquels celui sur la proposition de loi tendant à ouvrir le droit à pension à 55 ans d'âge et 25 ans de service aux agents des services extérieurs des postes, télégraphes et télé phones, et celui sur le projet de loi relatif au relèvement des retraites des ouvriers et employés des mines dans les départements du Haut-Rhin, du Bas Rhin et de la Moselle. Dès 1934, il inter pella le Gouvernement sur la situation des Français obligés de résider en Sarre et sur la liberté du plébiscite qui y avait été prévu par le traité de Versailles, face aux menaces du parti national socialiste.

Aux élections générales du 26 avril 1936, il fut battu par 1.011 voix contre 6.629 à M. Harter, maire de Forbach, U.R.L. sur 13.449 votants. Dès lors, il termine sa carrière au centre de tri de Metz. Retraité, il vit à l'heure actuelle dans cette ville où il est en outre président honoraire de l'union départementale des Syndicats C.G.T.-F.O. de la Moselle.




Né le 24 février 1890 à Sarralbe (Moselle)
Décédé le 24 juin 1967 à Sarrebrück (Allemagne)

Député de la Moselle de 1928 à 1936

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome IV, p. 1459)

Affecté au début de la seconde guerre mondiale au service postal des Armées, Victor Dœblé est démobilisé en mai 1940 et muté au Centre de tri de Bar-le-Duc. Recherché par les nazis pour son action en faveur de la France en Sarre, il obtient sa mutation à Lyon en 1941.

Opposé au Gouvernement de Vichy, il est révoqué des cadres de l'administration en 1942. Il se retire dans la banlieue lyonnaise, à Ecully, jusqu'à la fin de la guerre, et aide les expulsés d'Alsace et de Lorraine.

Il est vice-président du Groupement général des expulsés de la Moselle, à Lyon de 1942 à 1945, puis à Metz.

Après la Libération, il reprend son activité professionnelle à Metz jusqu'en 1952, date de sa retraite. Il se consacre également au syndicalisme, dans le cadre de l'union départementale des syndicats C.G.T.-F.O. de la Moselle et de la Fédération mosellane des invalides du travail.

Titulaire de la Croix du Combattant de 1914-1918, de la Médaille d'Or du dévouement le 6 mars 1953, Victor Dœblé est nommé chevalier du Mérite social le 10 juillet 1954, puis chevalier de la Légion d'Honneur le 29 août 1957.

Il meurt à Sarrebrück le 24 juin 1967.